Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

A Detroit, Opel affiche sa confiance

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

S'il n'a pas de stand au Salon automobile de Detroit, le constructeur allemand, détenu par General Motors, s'affiche en forme pour 2014.

A Detroit, Opel affiche sa confiance © personnagrata - Flickr c.c.

Opel reste définitivement un constructeur européen, mais a depuis les années 30 un lien très fort avec Detroit. La ville du Michigan abrite en effet le siège de sa maison-mère, General Motors. Et les décisions de décembre prises par GM concernant son partenariat avec PSA Peugeot Citroën et le retrait de la marque Chevrolet du Vieux Continent ont nécessité la venue d'une équipe dirigeante de l'allemand pour confirmer quelques éléments de stratégie.

Gain de parts de marché

Karl-Thomas Neumann, le PDG d'Opel, arrive cependant dans le Michigan avec des nouvelles rassurantes. Opel a en effet vu sa part de marché légèrement progresser l'an dernier, passant de 5,59% à 5,61%. "2013 s'est mieux passé que ce que nous avions prévu, avoue-t-on dans son entourage. C'est la première fois en 14 ans que nous gagnons des parts de marché!" Le gain n'est certes pas énorme mais démontre le succès de la citadine Adam et du SUV urbain Mokka, les deux derniers produits de l'allemand. Opel a écoulé en tout un peu plus d'un million de véhicules, un chiffre honorable pour une marque cantonnée à l'Europe.

Pression à Rüsselsheim

L'Europe, c'est justement ce dont Karl-Thomas Neumann est venu parler à Detroit. GM a annoncé en décembre que Chevrolet, sa marque phare, ne commercialiserait plus de voitures en Europe dès 2015. Le poids des activités européennes repose donc désormais entièrement sur Opel. "Les choses sont claires maintenant: on ne pourra plus dire que Chevrolet nous prend des parts de marché, confie un dirigeant d'Opel. Mais tous les salariés d'Opel ont désormais la pression. GM nous a signé un chèque en blanc en Europe".

Pas de Zafira sans PSA

Pour redevenir profitable, Opel compte en partie sur son alliance avec PSA. L'allemand produira le prochain Citroën C3 Picasso dans son usine de Saragosse (Espagne). PSA fera lui de son côté l'Opel Zafira à Sochaux (Doubs). Au total, d'ici la fin de la décennie, les deux partenaires doivent produire en commun 700 000 véhicules. "Sans cette alliance, nous n'aurions pas pu le faire tout seul" confesse-t-on chez Opel.

Troisième projet commun

L'équipe dirigeante s'affiche ravie du fonctionnement de l'alliance avec le français. La vente des parts de GM dans PSA n'a rien changé, annonce-t-on: "Tout est plus clair, PSA avait besoin de soutien financier quand GM a acheté les 7%. Avec l'arrivée probable de DongFeng, c'est plus simple. Ce partenariat franco-chinois offre à PSA de belles opportunités". L'investissement attendu de DongFeng dans PSA ne remet pas en cause a priori le travail d'Opel avec le français. Les deux partenaires travaillent actuellement sur leur troisième projet commun.

A Detroit, Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle