Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

A cause des tensions entre la Russie et l'occident, BASF et Gazprom annulent un échange d'actifs

, , , ,

Publié le , mis à jour le 19/12/2014 À 07H10

Le groupe allemand BASF et le russe Gazprom ont convenu d'annuler un échange d'actifs dans le secteur du gaz, qui était prévu pour cette année, évoquant "un environnement politique actuellement difficile".

A cause des tensions entre la Russie et l'occident, BASF et Gazprom annulent un échange d'actifs © Gazprom

BASF et Gazprom vont annuler un échange d'actifs dans le secteur gazier, initialement prévu pour 2014 à cause de l'environnement politique "difficile". L'annulation de cet accord a pesé sur les perspectives de résultats avant intérêts et impôts (Ebit) cette année et a alourdi les dépenses pour les années 2013 et 2014, a déclaré BASF dans un communiqué publié le 18 décembre.

"Au vu de cette (annulation), la perspective pour l'année en cours de réaliser un Ebit avant éléments exceptionnels légèrement supérieur à celui de l'année précédente semble encore atteignable", a dit BASF. "L'Ebit devrait augmenter légèrement; auparavant, une hausse considérable de l'Ebit était prévue en raison du revenu exceptionnel dégagé de la sortie des activités de trading et de stockage de gaz", a ajouté le groupe.

Russie versus pays occidentaux

Des tensions entre la Russie et les pays occidentaux autour du conflit en Ukraine se sont accrues, même si BASF et Gazprom n'ont pas donné de précisions au sujet de "l'environnement politique difficile" évoqué dans leur communiqué. Le débouclement de l'accord entraînera des dépenses de 211 millions d'euros en 2014 et des retraitements de dépenses et d'Ebit au titre de 2013 chez BASF, a précisé la société.

"Dans cet environnement politique incertain, nous poursuivront nos sociétés communes en Europe et en Russie", a-t-elle dit. Un porte-parole de Gazprom a indiqué que la société n'avait rien à ajouter aux commentaires de BASF.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle