Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

A Brest, une première mondiale en médecine nucléaire avec Siemens

Coralie Lemke , ,

Publié le

Siemens Healthineers, la branche santé de l'industriel allemand, a mis au point un appareil de TEP-Scan de nouvelle génération. Cette innovation est déjà utilisée au CHRU de Brest. Une première mondiale.

A Brest, une première mondiale en médecine nucléaire avec Siemens
Le nouvel appareil de TEP-Scan ne nécessite plus que 6 minutes d'examen contre 20 auparavant.
© CORALIE LEMKE

Plus précis, plus rapide, avec le nouvel appareil de TEP-scan de Siemens, le CHRU de Brest franchit une nouvelle étape dans le domaine de la médecine nucléaire. Cette spécialité au nom curieux comprend toutes les applications médicales de la radioactivité pour diagnostiquer des pathologies. Un complément à la radiologie, l’échographie ou encore les IRM.

Le Biograph Vision mis au point par Siemens ne prend plus que 6 minutes pour réaliser un TEP-Scan, un examen utilisé en oncologie, en neurologie ou encore en cardiologie. Avec les machines classiques, cet examen, très anxiogène, demandait encore une bonne vingtaine de minutes.

D’autant que le gain de temps n’est pas la seule avancée. "L’appareil gagne 60% de résolution spatiale. Nous avons doublé le nombre de cristaux utilisés. Au nombre de 60 000, ils permettent d’avoir une vue beaucoup plus fine et de gagner en précision pour le diagnostic du patient", explique Julien Gervais, le responsable de médecine nucléaire de Siemens Healthineers. Ce sont ces cristaux qui sont sensibles au rayonnement d’un produit administré dans le corps du patient. Ils permettent de savoir de façon très précise où se trouvent les tumeurs ainsi que leur taille. 

Toujours plus de patients peuvent en bénéficier

Passer de 20 à 6 minutes pour un examen permet non seulement d’améliorer le confort du patient, qui passe moins de temps dans la machine, mais aussi de recevoir plus de patients chaque jour et de leur faire bénéficier de cette technologie. "La machine a été installée en octobre 2018 et nous avons réalisé en tout 9204 examens. Environ 28 patients qui peuvent y avoir accès chaque jour. C’est un des taux les plus élevés au monde", souligne Philippe El Sair, le directeur du Centre régional hospitalier universitaire de Brest.

"Environ deux tiers des examens sont dédiés à la recherche de cancer. Le reste concerne des déficiences de la mémoire, des problèmes de démence, de la rhumatologie ou même des fièvres persistantes", explique le professeur Pierre-Yves Salaün, chef de service de médecine nucléaire au CHRU de Brest.

Se passer des biopsies ?

Si l’examen est de plus en plus précis, peu probable toutefois qu’il vienne un jour remplacer l’IRM. "Ce sont deux techniques complémentaires l’une de l’autre. Avec l’IRM, on obtient des éléments morphologiques sur les organes. Avec le PET-Scan, on a accès à l'ensemble du corps", insiste Pierre-Yves Salaün. En revanche, le nombre de biopsies pourrait, lui, baisser. "Ce n’est pas la fin des biopsies mais on va pouvoir s’en passer en partie. On n’y aura recours que lorsque c’est absolument nécessaire. Ni vous ni moi ne prenons plaisir à être piqués par une seringue."

Un marché mondial à conquérir

Une innovation que Siemens a bon espoir de faire rayonner dans d’autres hôpitaux français et à travers le monde."Les échelles de production restent modestes pour une série industrielle. Nous pensons en vendre entre 100 et 200 ans le monde, sachant que notre part de marché dans ce secteur s'élève à environ 40%", explique Hassan Safer-Tebbi, le directeur général de Siemens Healthineers France. Car ces machines représentent un coût pour les structures de santé. A Brest, l'investissement s'est élevé à 4 millions d'euros, prix de la machine et travaux d'installations inclus.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle