A Bayonne, on refuse le nitrate d’ammonium de Yara

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Bayonne, on refuse le nitrate d’ammonium de Yara

C’est un NON catégorique ! Dans une déclaration commune adressée au préfet des Pyrénées-Atlantiques, les maires des communes riveraines du Port de Bayonne (Anglet, Tarnos, Bayonne et Le Boucau) « refusent catégoriquement d’accueillir le trafic de matières hautement explosives envisagé par la société Yara ».

Ces derniers ne veulent pas entendre parler du projet de l’usine du chimiste norvégien Yara, implanté à Pardies, en Pyrénées-Atlantiques.
Le site, d’une capacité de production de 130 000 tonnes annuellement de nitrate d’ammonium, dont 20 000 sont destinés aux marchés de l’Afrique Subsaharienne, du Maghreb et acheminées par train de Pau jusqu’à Port la Nouvelle, en Méditerranée. En moyenne, ce sont 1 500 tonnes par mois qui sont ainsi transportées par deux trains. Pour raccourcir ce circuit logistique, l’entreprise a songé à utiliser le port de Bayonne qui n’est qu’à 70 km de l’usine.
Le nitrate d’ammonium stocké dans des Big Bags serait acheminé par train de la gare d’Artix jusqu’au port de Tarnos. Là des grues enlèveraient les Big Bags pour les déposer dans un bateau.
Vendredi dernier, le 8 juillet, Yves Bonte, responsable du segment industrie au sein de Yara International, s’est rendu dans l’usine de Pardies. Il a clairement fait comprendre à quel point le refus d’accueillir ce trafic sur le port de Bayonne était préjudiciable pour l’entreprise, et n’a pas hésité à donner des échéances, en rappelant qu’une décision serait prise d’ici la fin du premier semestre 2012 pour l’usine et ses 94 salariés.
Charles Puntous, secrétaire du CE ne cache pas son inquiétude et pose la problématique : « Si on veut garder des industries dans ce département, il faut pouvoir bénéficier d’une ouverture sur la mer. Reste à savoir si les élus entendent faire cohabiter une logique industrielle avec celle des riverains, ou s’ils préfèrent privilégier le tourisme », lâche-t-il.
En attendant le calendrier est calé : fin août, un essai à blanc va être réalisé sur le Port de Bayonne. Chargement de produit, simulation d’incendie avec interventions des services de sécurité permettant de valider le dispositif de sécurité et de protection incendie. A partir de là, le préfet donnera ou pas son feu vert au projet. A suivre.

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS