906 emplois menacés dans les filiales françaises du papetier Arjowiggins

Sequana a annoncé lundi 7 janvier que ses filiales Arjowiggins, Arjowiggins Papers et Arjowiggins Creative Papers en France allaient demander l'ouverture d'une procédure de sauvegarde au tribunal de commerce de Nanterre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

906 emplois menacés dans les filiales françaises du papetier Arjowiggins

Dans un communiqué, le groupe papetier Sequana précise que certaines filiales françaises d'Arjowiggins allaient déposer une demande de mise en redressement judiciaire, ajoutant que ces demandes seront entendues mardi par le tribunal de commerce. Sequana avait demandé la suspension de la cotation de son action ce lundi.

Le groupe note que les filiales concernées par les procédures exploitent les usines de Bessé-sur-Braye (Sarthe), Le Bourray (Sarthe) et Greenfield (Aisne). Ces usines emploient respectivement 568, 262 et 76 personnes. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) doit examiner mardi 8 novembre les demandes de procédures de sauvegarde.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Depuis juillet 2017, Arjowiggins subit une augmentation inédite et continue de ses coûts exogènes, en particulier de la pâte à papier qui a atteint ces derniers mois son niveau historiquement le plus élevé, dans un contexte de baisse structurelle des volumes en papiers d’impression et d’écriture", explique Sequana, qui rappelle être également en litige avec British American Tobacco depuis 2013.

Un projet de cession avorté

L'activité sourcing, Arjowiggins Graphic et Arjowiggins Creative Papers devaient être cédées à l’investisseur néerlandais Fineska BV, déjà actionnaire d’entités spécialisées dans la production papetière. Annoncé en juillet 2018, ce plan a été abandonné fin décembre. Les négociations s'étaient déroulées dans un "contexte extrêmement dégradé des conditions de marché, frappées notamment par des hausses successives et très significatives du prix de la pâte et, dans une moindre mesure, de l’énergie", selon Sequana.

"En ce qui concerne les filiales à l'international, le groupe analyse avec les dirigeants locaux ses différentes options stratégiques avec pour objectif de minimiser l'impact des procédures françaises", dit encore Sequana. Le groupe (7800 personnes, 2,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires) a réalisé 14% de ses ventes mondiales, en 2017, avec les activités d’Arjowiggins. 54% des effectifs d’Arjowiggins (562 millions d’euros de chiffre d’affaires, 2300 personnes) sont basés en France, pays où l’entité réalise 25% de son chiffre d’affaires.

Avec Reuters

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS