795 postes seront supprimés chez ArcelorMittal à Liège

Selon des sources syndicales et la direction, 214 postes supplémentaires serait dans le viseur de la direction qui a décidé de fermer le site comprenant deux hauts fourneaux en Belgique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

795 postes seront supprimés chez ArcelorMittal à Liège

"En octobre dernier, on nous avait annoncé la suppression de 581 postes, aujourd'hui dans le projet d'intention validé par la direction, c'est 795 postes, nous ne sommes pas d'accord, a déclaré à l'AFP David Camerini, représentant du syndicat CSC, à l'issue d'une réunion avec la direction à Liège le 27 août. Nous nous réservons le droit de porter l'affaire en justice. On est dans un schéma catastrophe".

Les salariés envisagent en effet de porter plainte auprès du tribunal du travail pour infraction à la loi sur les licenciements collectifs croit savoir l’agence de presse Belga. Selon eux, c’est la mort annoncée du bassin sidérurgique de Liège. Ils se disent aussi inquiets pour l’avenir de la phase à froid.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La direction d'ArcelorMittal Liège confirme avoir "réexpliqué aux syndicats les difficultés économiques rencontrées dans le cadre d'une demande d'acier européenne toujours 25% sous les niveaux d'avant-crise". Elle précise avoir développé un projet visant à assurer l’avenir des outils qui restent en fonctionnement après l’arrêt de la phase liquide. La direction assure par ailleurs vouloir continuer à fabriquer de l’acier à haute valeur ajoutée au travers d’un programme d’investissements représentant quelque 138 millions d’euros.

Ces déclarations interviennent quelques mois après l’annonce par la direction de sa volonté de fermer la phase à chaud du site de Liège, à savoir les deux hauts-fourneaux, l’aciérie et les coulées continues de Chertal. Toutes ces activités étaient jugées trop peu compétitives.

Le groupe avait annoncé, lors de la présentation de ses résultats trimestriels fin juillet, qu'en raison d'une situation pire qu'attendu en Europe, il entendait faire tourner les usines les plus compétitives au détriment des autres.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS