Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

720 emplois supprimés sur deux sites des Yvelines d’Airbus Group

, , , ,

Publié le

Les suppressions d’emplois au sein de la division Défense et Espace d’Airbus Group frapperont lourdement les sites des Mureaux et d’Elancourt.

720 emplois supprimés sur deux sites des Yvelines d’Airbus Group © Astrium

Les deux sites des Mureaux et d’Elancourt, dans les Yvelines, de la division Défense et Espace d’Airbus Group seront fortement impactés par les mesures de suppressions d’emplois annoncées lundi par la direction du groupe lors d’un comité européen d’Airbus Group. En cours de constitution, la branche Défense et Espace doit réunir les sociétés Cassidian (Défense et sécurité à Elancourt), Astrium (Espace aux Mureaux) et Airbus Military, en charge des activités militaires de l’avionneur.

Selon les syndicats, 309 emplois sont appelés à disparaître aux Mureaux où sont employés 1 900 salariés. Le site d’Elancourt, où travaillent 2 150 personnes, perdrait 411 postes dont une petite partie relevant de la division équipements d’Astrium implantée à Elancourt.

Suppressions de 1 329 emplois sur trois ans

Le processus qui doit conduire à disparition de 1 329 emplois au niveau national se déroulera sur trois ans. De source syndicale 30 % des suppressions sont programmées en 2014, 40 % en 2015 et le solde en 2016. Lancée au niveau européen la phase de consultation-information va se poursuivre établissement par établissement et sera suivie d’une phase de concertation.

"L’unique objectif c’est de diminuer le coût du travail"

Alors que la direction du groupe invoque la nécessité de gagner en compétitivité pour conquérir de nouveaux marchés, les syndicats dénoncent une duperie. "Nous sommes en présence d'une démarche sans justification et de calculs permettant de passer d'un objectif purement financier à une quantité d'emplois, accuse ainsi Hervé Bry, délégué central CFTC d’Astrium. L’unique objectif, c’est de diminuer le coût du travail non pas pour renforcer la compétitivité car nos carnets de commandes sont pleins mais pour renforcer la profitabilité."

Constatant, par ailleurs, que les mesures d’économie toucheront également la supply chain, la CFTC estime également que "pour le groupe la responsabilité sociétale de l’entreprise à l’égard de son bassin d’emplois est un vain mot."

Patrick Désavie

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle