508 postes vont être supprimés sur trois sites de Renault Trucks

Le groupe Volvo a chiffré la contribution de Renault Trucks au plan de restructuration annoncé ces derniers mois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

508 postes vont être supprimés sur trois sites de Renault Trucks

La direction française du groupe Volvo a précisé lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, le 3 mars, le nombre de postes qui seront supprimés par sa filiale Renault Trucks dans le cadre du plan de restructuration arrêté par le constructeur suédois. Ce projet concerne 508 des 8 900 salariés du fabricant de poids lourds, sur les sites de Lyon (Rhône), Bourg-en-Bresse (Ain) et Blainville-sur-Orne (Calvados).

L’usine de Limoges (Haute-Vienne) n’est pas concernée par ce plan qui "ne doit toucher ni les ouvriers, ni le réseau commercial" de Renault Trucks. Tous les sites français seront maintenus, précise par ailleurs la direction. Le détail des suppressions de postes par site et par service sera rendu public lors du prochain comité central d’entreprise le 19 mars.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ouverture des négociations

D’ici là, une première réunion de négociation aura lieu le 12 mars. A cette occasion, la CFE-CGC, principale organisation syndicale chez Renault Trucks, demandera que "les mesures d’accompagnement soient suffisamment intéressantes pour que seuls des volontaires quittent l’entreprise."

Ce plan ne tient pas compte d’autres suppressions de postes qui toucheront principalement des consultants, dont les effectifs ont déjà été réduits de près de 500 après le lancement de la nouvelle gamme de Renault Trucks en 2013. Le constructeur pourrait se séparer à nouveau de 300 à 400 postes de consultants.

En 2013, les effectifs de Renault Trucks ont déjà été réduits de 9 200 à 8 900 salariés, du fait du non renouvellement des postes après le départ en retraite de leur titulaire. Début 2013, les sites de Lyon, de Bourg-en-Bresse et de Blainville-sur-Orne avaient été touchés par des mesures de chômage partiel qui avaient concerné 4 150 salariés.

Vincent Charbonnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS