Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

508 postes vont être supprimés sur trois sites de Renault Trucks

, , , ,

Publié le

Le groupe Volvo a chiffré la contribution de Renault Trucks au plan de restructuration annoncé ces derniers mois.

508 postes vont être supprimés sur trois sites de Renault Trucks © Renault Trucks

La direction française du groupe Volvo a précisé lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, le 3 mars, le nombre de postes qui seront supprimés par sa filiale Renault Trucks dans le cadre du plan de restructuration arrêté par le constructeur suédois. Ce projet concerne 508 des 8 900 salariés du fabricant de poids lourds, sur les sites de Lyon (Rhône), Bourg-en-Bresse (Ain) et Blainville-sur-Orne (Calvados).

L’usine de Limoges (Haute-Vienne) n’est pas concernée par ce plan qui "ne doit toucher ni les ouvriers, ni le réseau commercial" de Renault Trucks. Tous les sites français seront maintenus, précise par ailleurs la direction. Le détail des suppressions de postes par site et par service sera rendu public lors du prochain comité central d’entreprise le 19 mars.

Ouverture des négociations

D’ici là, une première réunion de négociation aura lieu le 12 mars. A cette occasion, la CFE-CGC, principale organisation syndicale chez Renault Trucks, demandera que "les mesures d’accompagnement soient suffisamment intéressantes pour que seuls des volontaires quittent l’entreprise."

Ce plan ne tient pas compte d’autres suppressions de postes qui toucheront principalement des consultants, dont les effectifs ont déjà été réduits de près de 500 après le lancement de la nouvelle gamme de Renault Trucks en 2013. Le constructeur pourrait se séparer à nouveau de 300 à 400 postes de consultants.

En 2013, les effectifs de Renault Trucks ont déjà été réduits de 9 200 à 8 900 salariés, du fait du non renouvellement des postes après le départ en retraite de leur titulaire. Début 2013, les sites de Lyon, de Bourg-en-Bresse et de Blainville-sur-Orne avaient été touchés par des mesures de chômage partiel qui avaient concerné 4 150 salariés.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle