50 millions d'euros pour booster la filière spatiale

Le nouveau programme d'investissements d'avenir (PIA 2) va consacrer 25 millions d'euros pour le développement des satellites à propulsion électrique et autant pour le développement d'une coiffe agrandie pour la fusée Ariane.

Partager
50 millions d'euros pour booster la filière spatiale

A l'issue du premier comité de concertation Etat-Industrie sur l'Espace, qui s'est tenu ce mercredi 4 septembre, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en charge du spatial, Geneviève Fioraso a annoncé l'octroi de 50 millions d'euros pour la filière spatiale française.

Provenant du nouveau programme d'investissements d'avenir annoncé par le Premier ministre en mai dernier (PIA 2), la moitié de cet argent permettra de financer des études dans le domaine de la conception même des satellites à propulsion électrique. Ces appareils tirent leur énergie non plus du carburant chimique embarqué comme pour les satellites traditionnels, mais de l'énergie électrique (batterie, panneaux photovoltaïques...) . Leur grand intérêt : un allègement considérable de leur masse au décollage. Il n'est en effet plus nécessaire d'emporter un réservoir plein de carburant, de quoi obtenir un gain de masse de près de 3 tonnes ! Or la facturation des lancements est directement proportionnelle à la masse des satellites. En accélérant ses travaux de recherche, la France espère ainsi rattraper son retard sur le groupe américain Boeing, qui a déjà commencé à commercialiser avec succès ce type de solutions.

Le PIA 2 consacre également 25 millions d'euros pour les travaux d'études de l'agrandissement de la coiffe d'Ariane, là où sont justement abrités les satellites à mettre sur orbite. C'est une conséquence directe de l'arrivée des satellites électriques. Si ces derniers sont plus légers, ils sont également nettement plus volumineux. "La nouvelle coiffe sera environ 2 m plus grande que la coiffe actuelle. On vise une disponibilité dès 2015", explique Stéphane Israël, nouveau PDG d’Arianespace, présent pour ce premier comité de concertation de la filière. Les groupes français et notamment Astrium, seront en charge des travaux d'études tandis que l'industrialisation sera réalisée par le groupe suisse Ruag, qui devrait investir autant que la France sur ce projet.

Hassan Meddah

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS