Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

4G : le Maroc lance son appel d'offres pour un déploiement fin 2015

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/11/2014 À 11H30

Maroc Telecom, Meditel, une filiale d'Orange, et Inwi vont pouvoir se porter candidat à la 4G au Maroc après que l'Agence nationale de régulation des télécom ait annoncé le lancement de son appel d'offre pour le 17 novembre. Enjeu ? la relance du secteur et 500 millions d'euros d'investissements dans le déploiement industriel et commercial du réseau.

4G : le Maroc lance son appel d'offres pour un déploiement fin 2015
Azdine El Mountassir Billah, directeur général de l'ANRT,
© anrt

Sommaire du dossier

En avant ! L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) du Maroc a annoncé hier 10 novembre par un communiqué officiel la publication proche du très attendu appel d’offre pour le déploiement de la téléphonie mobile haut débit de type 4G dans le pays. Les dossiers de candidature pourront être retirés par les candidats à partir du 17 novembre.

Plusieurs fois retardé, il était attendu cet été, cet appel d’offre est l'étape clé pour le déploiement de la technologie mobile haut débit (jusqu'à 300mb/s) dans le royaume chérifien.

"C’est le début d’un processus qui devrait permettre, à terme, au Royaume du Maroc de se doter des dernières technologies en termes de communications mobiles et de maintenir sa position parmi les pionniers et les leaders technologiques en Afrique et dans les Pays Arabes", indique l'ANRT dans son communiqué.

Selon Azdine El Mountassir Billah, directeur général de l'ANRT, cité par la presse marocaine, le déploiement de la 4G devrait s'accompagner sur plusieurs années de près de 6 milliards de dirhams d'investissements (540 millions d'euros). Du pain béni pour les équipementiers à l'affut du marché dont Huawei, Ericsson, Alcatel-Lucent ou NSN

Mais les opérateurs devront donc avant cela présenter leurs offres techniques et économiques. Avant de recevoir l’agrément du régulateur et du gouvernement contre paiement de la licence et de redevances annuelles, dont la valeur reste à fixer.

Sauf surprise les trois opérateurs du royaume seront tous en lice. A commencer par le leader Maroc Telecom (IAM). Longtemps détenu par SFR, Maroc Telecom, coté en Bourse à Paris et Casablanca, est depuis l’an dernier une filiale à 53% du groupe émirati Etisalat.

Ces dernières semaines, Maroc Telecom avait annoncé avoir mené –avec succès- des tests sur la technologie 4G LTE à Rabat avec l'autorisation de l'ANRT. Une manière de montrer son engagement envers cette technologie (que le groupe dirigé par Abdeslam Ahizoune a déjà déployé... dans sa filiale gabonaise) et sa capacité de réaction rapide dès que l'opérateur aura gagné sa licence.

Mais ses poursuivants ne seront pas en reste. Il s'agit du numéro deux du marché Meditel détenu à 40% par Orange (à côté du financier marocain FinanceCom) et enfin du dynamique troisième opérateur Inwi (Wana) contrôlé par SNI, holding de la famille royale marocaine et le koweitien Zain.

8,5 millions de mobinautes

Pour mémoire, comme vient de l’indiquer l’ANRT dans son panorama trimestriel, le Maroc, pays où les forfaits sont encore peu développés à l'inverse du pré-payée, compte plus de 44 millions de cartes SIM actives.

Sur ce chiffre, 8,5 millions d’utilisateurs sont déjà des mobinautes, sous les technologies actuelles qui s’arrêtent à la 3G. Au Maroc, plus de 85% des connexions internet s'effectuent d'ailleurs via le mobile.

Le déploiement de la 4G aura, au moins, deux effets attendus. Le premier sera le développement de l’usage et donc des services autour de l’internet mobile, ce dont devrait profiter tout l'écosystème. Ce qu'avait souligné une étude ministère de l'Economie en début d'année.

Le second sera la possibilité pour les opérateurs de regonfler leurs revenus sur un marché saturé où le nombre de cartes actives s'élève déjà à 1,3 fois la population! Selon un schema classique, la généralisation de la téléphonie mobile s’est, en effet, accompagnée d’une chute des revenus par usager (-23% au troisième trimestre en glissement annuel, selon l'ANRT) du fait de la baisse des prix.

Mais avant que les opérateurs ne puissent présenter leurs offres au public, il faudra attendre encore un peu. Compte tenu des délais d’instruction des offres techniques et commerciales, le déploiement des premières zones de couverture en 4G ne devrait pas intervenir avant le second semestre 2015.

Pierre-Olivier Rouaud

Dans son communiqué l'ANRT a précisé que l'appel d'offre comportait deux documents : le Cahier des Charges et le Règlement de l’appel à concurrence. "Le Cahier des Charges fixe les dispositions réglementaires et les conditions techniques et financières dans lesquelles chaque réseau 4G sera établi. Il précise également les modalités de fourniture commerciale des services ainsi que les obligations de chaque futur Attributaire en termes notamment de couverture, de qualité de service." L'ANRT précise qu'une fois les attributaires désignés, ce cahier des charges sera adopté et publié par décret.
Deuxième document : "le règlement de l’appel à concurrence précise les différentes modalités régissant le déroulement du processus et l’évaluation des offres, laquelle évaluation fera l’objet d’un rapport public."

Parts de marché des trois opérateurs en 2013

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle