4G au Maroc : les opérateurs Maroc Telecom, Inwi et Méditel obtiennent chacun une licence pour un coût global de 188 millions d'euros

Le régulateur télécom marocain ANRT a annoncé ce 18 mars l'attribution d'une licence 4G à chacun des trois opérateurs Maroc Télécom, Inwi et la filiale à 40% d'Orange, Méditel. Le prix provisoire global de ces licences se chiffre à 2 milliards de dirhams, soit 188 millions d'euros, dont la moitié pour la seule licence de Maroc Télécom. Inwi reçoit lui la meilleure notation.

Partager
4G au Maroc : les opérateurs Maroc Telecom, Inwi et Méditel obtiennent chacun une licence pour un coût global de 188 millions d'euros

Ca y est ! L’attribution de licences utilisant des technologies mobiles de 4ème génération (4G) a été validée par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane indique l'Agence nationale de régulation des télécoms (ANRT) dans un communiqué daté du 18 mars.

Chacun des trois opérateurs du pays, Maroc Telecom, Inwi et Méditel a été déclaré par l'ANRT attributaire provisoire d'une des trois licences dites "Licence A", "Licence B" ou "Licence C".

appel d'offres publié le 17 novembre

Les dossiers de candidature avaient été déposés par les opérateurs en réponse à l’appel d'offres publié le 17 novembre 2014 par l'ANRT, dirigée par Azzeddine El Mountassir Billah (photo). Le régulateur avait depuis repoussé une fois la date limite de réponse : de fin janvier la date était passée au 12 mars. Mais cette fois les délais auront été tenus.

Sur la base des offres financières présentées, les trois soumissionnaires se voient donc attribuer les licences d'exploitation de la 4G selon les conditions définies par l'ANRT.

Maroc Telecom s'est vu attribuer la "licence B" d'un montant d'un milliard de dirhams. Méditel a hérité pour sa part de la "licence A" pour 500,437 millions de dirhams. Quant à la licence C, elle a été attribuée à l'opérateur Inwi pour 503 millions de dirhams.

Le prix total des trois licences s'élève ainsi à plus de 2 milliards de dirhams soit 188 millions d'euros environ qui iront abonder le budget de l'Etat marocain.

En plus de ces sommes, les trois opérateurs "contribueront aux frais de réaménagement du spectre des fréquences à hauteur de 860,4 millions de dirhams" (81 millions d'euros).

Pour rappel, Maroc Telecom (ou IAM), opérateur historique est le leader de la téléphonie mobile dans le royaume avec, à fin 2014, 41,% des 44 millions de lignes actives dans le pays. Il est suivi par Méditel, filiale à 40% (et bientôt plus) d'Orange et Inwi (Zain / SNI) qui détiennent respectivement 30,8% et 27,8% des lignes mobiles marocaines

L’évaluation des dossiers des trois soumissionnaires a abouti à des notes publiées par l'ANRT. Inwi obtient la meilleure note à savoir 82 sur 100, suivent Maroc Telecom à 81 sur 100 puis Méditel à 80 sur 100, indique le communiqué.

Les critères d'évaluation des candidats portaient, selon l'ANRT sur trois points. Le premier tenait à ce que "les engagements pris, en termes de couverture au terme des cinq premières années des licences, sont supérieurs au minimum exigé dans le cadre de l’appel à concurrence".

Deuxième point, "les indicateurs de qualité de service proposés (...) alignés sur les meilleures pratiques internationales".

Enfin, le troisième point portait sur "la vision du marché et le business plan proposés par les soumissionnaires [et sa contribution] au développement du marché du haut et très haut débit mobile au Maroc".

L’évaluation des dossiers de candidature a été effectuée, conformément aux attributions de l’ANRT (Loi n°24-96), sur la base des critères fixés préalablement dans le Règlement de l’appel à concurrence (RAC), précise le régulateur.

PRIX DE RESERVE

Le prix de réserve minimal des licences était fixé à 500 millions de dirhams et la note éliminatoire à 70 sur 100, précise par ailleurs l'ANRT.

Attendu initialement à l'été 2014, l'appel d'offre sur la 4G au Maroc a été plusieurs fois retardée.

Désormais pourvus de leurs précieux sésames, les trois opérateurs vont pouvoir travailler d'arrache pied pour déployer leurs offres commerciales et techniques au plus vite. Sans doute avant la fin d'année.

Chacun d'entre eux a, en fait, déjà effectué depuis un an des tests en conditions réelles sur la 4G sur des zones urbaines ciblées ou à l'occcasion de grands évènements.

Nasser Djama et Pierre-Olivier Rouaud

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS