Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

40 mesures pour soutenir les PME de la défense

Hassan Meddah ,

Publié le

A l'occasion du premier congrès de la DGA consacré à l'innovation, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a dévoilé son pacte Défense PME. Si l'effort financier est réduit, contrainte budgétaire oblige, la volonté de favoriser les PME est bien marquée.

40 mesures pour soutenir les PME de la défense © Parti socialiste - Flickr - C.C

Lors du premier congrès de l'innovation organisé par la direction générale de l'armement (DGA) au CNIT La Défense ce mardi 27 novembre, l'audience était fournie pour écouter le ministre de la Défense dévoiler les mesures en vue de soutenir les PME du secteur de la défense. Jean-Yves le Drian a rappelé en préambule que son ministère, étant le premier acheteur public de l'Etat, était garant du développement d'une base industrielle et technologique compétitive : "Cela passe par l'innovation et par de nouvelles initiatives en faveur des PME". Environ 4 000 PME travaillent avec le ministère de la Défense.

Son plan, baptisé Pacte Défense PME, s'articule autour de 40 mesures. Ceux qui espéraient des dizaines de millions d'euros de nouvelles subventions en seront toutefois pour leur frais. "Nous sommes dans un environnement budgétaire contraint pour ne pas dire difficile", a rappelé le ministre.

Toutefois, certaines marges financières ont pu être trouvées. La loi de finances 2013 a en effet permis une augmentation de 700 à 750 millions d'euros des crédits budgétaires dédiés à l'innovation amont en 2013. Le mécanisme d'aide à l'innovation RAPID destiné aux entreprises de moins de 2 000 salariés qui développent des technologies duales, va ainsi bénéficier de 25% d'augmentation sur trois ans. Son budget passera donc de 40 à 50 millions d'euros par an, sûrement à partir de 2014.

Autre mesure significative: une trentaine de contrats par an portant sur des travaux de R&T et d'un montant inférieur à 2 millions d'euros HT, seront accordés en priorité à des PME. "Cela évitera que nous passions par les fourches caudines des grands groupes industriels", s'est félicité un dirigeant d'une PME et exposant lors de ce congrès. Un label d'incitation morale sera d'ailleurs passé avec les grands maîtres d'oeuvre en vue favoriser les bonnes pratiques contractuelles avec leurs sous-traitants (propriété intellectuelle, élimination des clauses abusives, délais de paiement...). "Celui qui ne l'aura pas sera pénalisé", a averti le ministre.

A travers les mesures de ce "small business act" de défense, le ministre veut surtout que son ministère "acquiert une culture de la PME innovante et que sa stratégie d'achats accorde toute leur place aux PME". Ainsi 2% de la commande publique devra être effectuée auprès des PME et ETI innovantes à l'horizon 2020. Le plan n'oublie pas l'enjeu crucial de l'exportation qui pèse pour près de 35% du chiffre d'affaires du secteur. Un label Défense sera accordé aux PME afin de les aider à conquérir de nouveaux marchés à l'export. "Ce sera utile. Avant d'acheter nos produits, tous les clients à l'étranger nous demandent nos références auprès de notre armée nationale", se félicite un des auditeurs. Enfin en région, le ministère de la Défense va identifier un référent PME qui sera chargé de les soutenir et les informer sur les marchés de défense.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle