Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

40% du transport ferroviaire italien pourrait être privatisé dès 2015

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/12/2014 À 07H09

Le gouvernement italien espère vendre en 2015 environ 40% du capital de Ferrovie dello Stato, l'exploitant du réseau de transport ferroviaire national, déclare le ministre de l'Economie, Pier Carlo Padoan, dans un entretien publié le 17 décembre par le quotidien Il Messaggero.

40% du transport ferroviaire italien pourrait être privatisé dès 2015 © cobalt123 - Flickr - C.C

Selon le ministre de l'Economie, Pier Carlo Padoan, le gouvernement italien pourrait vendre en 2015 environ 40% du capital de Ferrovie dello Stato, l'exploitant du réseau de transport ferroviaire national. Il précise que Rome maintient son projet de céder en 2015 40% du groupe de services postaux Poste Italiane et 49% d'Enav, la société nationale du contrôle aérien, deux privatisations partielles initialement programmées cette année.

Le programme de privatisations du gouvernement de Matteo Renzi table sur une dizaine de milliards d'euros de recettes par an jusqu'en 2016 afin de réduire la dette publique. "C'est l'objectif. Il est clair que nous devons tenir compte des marchés, mais nous sommes confiants", dit Pier Carlo Padoan à propos des privatisations prévues l'an prochain.

réduction de la dette

En 2014, le Trésor aura levé moins de la moitié du montant initialement prévu, la volatilité des marchés financiers l'ayant obligé à repousser plusieurs grosses opérations. Parmi les actifs susceptibles d'être cédés figurent les participations de l'Etat dans le géant du pétrole et du gaz Eni et dans la compagnie d'électricité Enel.

Pier Carlo Padoan dit s'attendre à ce que la dette publique continue d'augmenter pendant la majeure partie de l'an prochain et à ce qu'elle ne commence à baisser sensiblement qu'à partir de 2016. Il ajoute qu'"une croissance d'environ 1% et une inflation proche de 2% suffiraient pour réduire le problème de la dette dans les limites d'une tranquillité absolue".

Avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle