Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

40% d’usines automobiles non rentables en Europe

Pauline Ducamp , , ,

Publié le

Dans son étude annuelle publiée le 26 juin, le cabinet de consultants AlixPartners souligne la faible utilisation des sites de production en Europe.

40% d’usines automobiles non rentables en Europe

La reprise dans le secteur automobile en Europe devrait encore se faire attendre quelques années. Selon les données publiées par le cabinet Alix Partners dans son étude annuelle sur l’automobile, les constructeurs ne devraient pas sortir de leurs problèmes de surcapacités avant trois ans. 40% des usines tournent aujourd’hui sous la barre des 75% de taux d’utilisation, un seuil critique de rentabilité pour le cabinet de consultants. En résumé, chaque année, l’Europe produit 1,4 million de voitures en trop.

"Si nous voulons que le secteur automobile reparte du bon pied, il faut des changements structurels", résume Laurent Petizon, analyste en charge de l’automobile. Et de prendre exemple sur les Etats-Unis, où 18 usines ont été fermées, avec des coupes profondes dans les budgets. "La crise actuelle prend une forme de ‘W’, explique Laurent Petizon. Dans la première partie de la crise, les constructeurs américains ont restructuré, les Européens ont amélioré leur trésorerie. Aujourd’hui, alors que le marché américain est reparti, les constructeurs européens souffrent et n’ont plus d’autre levier que la réduction des coûts".

Les Français plus exposés

Renault et PSA font partie des constructeurs les plus exposés. Les deux généralistes sont pris en tenaille entre le premium, dominé par les Allemands, et le ‘Value’, l’autre nom du low-cost. Sur ce segment, Renault tire son épingle du jeu, mais souffre avec sa gamme au losange. "Les constructeurs doivent aujourd’hui produire beaucoup de modèles différents pour séduire, mais au final, seuls quelques-uns fonctionnent vraiment bien" souligne Laurent Petizon. Les deux constructeurs hexagonaux sont aussi en train de renouveler leurs modèles-phare (la Clio pour Renault et la 208 pour PSA), d’où des difficultés aussi bien côté parts de marché que côté liquidités.

Résultat de cette morosité : alors que les usines automobiles installées en Allemagne tournent à 90% de leurs capacités, les usines installées sur le territoire français (et souvent détenues par des constructeurs hexagonaux) n’exploitent en moyenne que 60% de leurs capacités (bien loin du seuil fatidique de 75% d’utilisation).

Tout n’est cependant pas perdu. Moribonde il y a quelques années, la Grande-Bretagne voit ces derniers mois son industrie automobile renaitre, au prix de sacrifices importants. "Il est toujours possible d’inverser la vapeur. Les Anglais ont traversé l’enfer et en sont revenus, tempère Laurent Petizon. Mais la base de production britannique était plus réduite et les salariés ont tout fait pour être plus flexibles et se voir attribuer des véhicules. Toute réorganisation demandera en France beaucoup d’énergie, de flexibilité et de dialogue de la part du management, des syndicats, des ouvriers et de toutes les parties impliquées"

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle