3D Systems renforce son activité "services"

Frappé par le recul de ventes de machines de prototypage rapide, le constructeur américain développe sa présence mondiale dans les services en rachetant les prototypistes français CEP et Protometal.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

3D Systems renforce son activité

Après avoir acquis plusieurs sociétés de services aux Etats-Unis, l’inventeur de la première machine de prototypage rapide au début des années 1980, part à la conquête de l’Europe. La société veut renforcer les activités, à forte valeur ajoutée, dans les services. Dans le cadre de l’expansion de son service en ligne 3Dproparts en Europe, elle annonce l’acquisition de deux sociétés de services françaises en prototypage et fabrication rapides, CEP et Protometal.

Basés au Mans, ces deux PME fournissent aux petites et aux grandes entreprises, des solutions complètes de prototypage et fabrication rapides pour la réalisation de nouvelles pièces. CEP est spécialisé en frittage sélectif par laser et coulée d’uréthane, tandis que Protometal produit des pièces en métal directement à partir de modèles réalisés par la fabrication additive pour la simulation de coulée sous pression.

Abe Reichental, PDG de 3D Systems, précise dans une interview exclusive pour UsineNouvelle.com, la stratégie du constructeur américain.

L’Usine Nouvelle : Que représente le service 3Dproparts ?


Abe Reichental : Nous avons lancé 3Dpropart, un service mondial sur Internet de prototypage et fabrication rapides, en octobre dernier. Nous allons poursuivre le développement de l’offre 3Dproparts localement et internationalement, par le biais d’une croissance interne et d’autres achats stratégiques. Cette activité connaît une croissance rapide et nous espérons qu’elle représentera à la fin de l’année 15 à 20% de notre chiffre d’affaires total.

Quels sont vos projets d’investissement pour CEP et Protometal ?

CEP et Protometal sont nos clients depuis de nombreuses années et elles utilisent un bon nombre de nos machines de prototypage rapide. Nous connaissons bien leur manager, Ziad Abou, ainsi que leurs clients. Nous sommes donc confiants dans leur capacité à apporter aux utilisateurs français de ces technologies les réponses adéquates à leurs applications. Et ceci, de la conception de produits à leur fabrication. Les utilisateurs disposeront en outre, grâce à notre service 3Dproparts en français, de tout le savoir-faire de 3D Systems. Ce site sécurisé et confidentiel, est disponible 24 heures sur 24 à partir de cette semaine.
Nous avons décidé parallèlement, de renforcer notre parc machine en France. Plusieurs machines de stéréolithographie et de frittage iPro SLA et sPro SLS seront installées dans les deux prochains mois dans nos nouveaux locaux du Mans. D’autre part, les machines existantes chez CEP et Protometal seront remises au goût du jour pour correspondre aux besoins actuels des utilisateurs. Enfin, nous continuerons à analyser dans les semaines et les mois qui suivent, les possibilités d’étendre ou de renforcer nos activités de service pour assurer une croissance rapide de notre base clients en France.

Quels sont les nouveaux marchés que vous visez en France et en Europe ?

En tant que société internationale, nos revenues sont reparties entre les Etats-Unis et l’Europe. Avec l’expansion de l’activité 3Dproparts en Europe nous comptons accélérer l’adoption de ces solutions et services par d’autres domaines comme l’éducation, l’industrie de loisirs, la santé et les biens de consommation. Le potentiel de cette activité est très fort dans de nombreux domaines, et notamment dans l’aéronautique, l’automobile, l’armement et la santé (prothèses médicales ou dentaires).

Quel est le nombre de sociétés de service que vous possédez aux Etats-Unis et quelle sera votre stratégie de développement en Europe ?

Nous avons acquis quatre sociétés de service aux Etats-Unis depuis octobre dernier ce qui nous offre un réseau puissant pour supporter outre-Atlantique les activités 3Dproparts. Nous avons aussi lancé 3Dproparts Europe en 2009 avec deux opérations commerciales en Allemagne et en Grande Bretagne. CEP et Protometal sont nos premières acquisitions sur le Vieux Continent. Mais nous avons l’intention de poursuivre notre croissance aussi bien organique que grâce à des rachats stratégiques.

Que devient votre filiale française suite à ces acquisitions ?

La nouvelle entité sera rebaptisée pour prendre en compte l’opération 3Dproparts au Mans, mais elle restera toujours sous la marque 3D Systems.

Vous allez privilégiez l’activité « services » au détriment de celle de vente de machines ?


Notre modèle économique est basé sur trois piliers : la commercialisation des systèmes de production 3D, les imprimantes 3D et l’activité 3Dproparts. Ces activités s’appuient sur un savoir-faire et un portefeuille de brevets, très riches. Nous possédons plus de 400 brevets qui couvrent six technologies distinctes, des technologies que nous continuons à développer, à fabriquer et à commercialiser. L’activité 3Dproparts utilise fortement ces technologies et bien d’autres pour apporter le support nécessaire à nos clients. Ces trois activités sont complémentaires et se nourrissent mutuellement, technologiquement parlant. Pour une société qui ne fait appel qu’occasionnellement au prototypage rapide, 3Dproparts est l'option parfaite pour réaliser des pièces à la demande. Néanmoins, certains de ces clients finissent par acquérir des imprimantes 3D une fois que leur volume de fabrication augmente. Ils continuent cependant à utiliser 3Dproparts comme une source complémentaire quand le niveau de leur activité le demande.

Propos recueillis par Mirel Scherer

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS