Quotidien des Usines

35.000 emplois en moins chez Ford. EDF crée 7 centres de profit. Pernod Ricard se recentre.

, , , ,

Publié le

" Camouflet pour Jospin " dans Les Echos, " Blow to Jospin " dans le Financial Times : les quotidiens français et britannique interprètent de la même manière la censure du Conseil constitutionnel sur un point clé de la loi sur la modernisation sociale. La nouvelle définition du licenciement économique a été considérée comme une " atteinte excessive à la liberté d'entreprendre ". Cependant, si la définition a été jugée trop limitative, une grande partie de la réforme s'appliquera, notamment l'allongement de la durée des procédures de licenciement, et le prix à payer pour les entreprises, remarquent Les Echos.

Après General Motors, Ford. Le n°2 mondial de l'automobile a annoncé à son tour un plan de réduction d'effectifs, particulièrement sévère : 35.000 suppressions d'emplois, et la fermeture de 5 usines en Amérique du Nord. Du jamais vu chez Ford, et c'est l'arrière-petit-fils du fondateur, Bill Ford, nouveau président du groupe, qui a pris ces mesures radicales, remarque La Tribune. Les ventes de Ford ont reculé de 6% en 2001, et le groupe affiche des pertes (692 millions de dollars au 3ème trimestre 2001, le dernier connu).

La crise qui affecte les constructeurs automobiles ne peut être sans conséquences sur les grands équipementiers : Valeo va supprimer 5000 emplois de plus, après avoir réduit ses effectifs de 10% l'année dernière. En France aussi : 1440 postes sont concernés, notamment par l'arrêt progressif de la production de câblages, précise La Tribune.

EDF va se réorganiser en sept centres de profit. Une réforme sans précédent pour les 117.000 salariés d'EDF, et qui sera officiellement annoncée en fin de semaine, révèlent Les Echos. L'international sera divisé en quatre zones géographiques, tandis qu'en France il y aura trois branches (Energie, Commerce, services et collectivités), plus le Réseau de Transport de l'électricité (RTE).

Aéronautique : le gouvernement français va boucler dans les prochains jours le dossier des avances remboursables concédées à Airbus pour le développement de l'A380, indique La Tribune. 1,16 milliard d'euros devraient être accordés à l'avionneur, sur 1,63 milliard destinés globalement aux industriels du programme. L'Allemagne et la Grande-Bretagne ont déjà payé leurs contributions, soit 854 millions d'euros.

Le laboratoire Roche a été condamné à payer 500 millions de dollars à l'américain Igen, pour violation d'un accord de licence sur un test sanguin. Mais Roche va faire appel, et continuer entre-temps à commercialiser les produits litigieux, précise La Tribune.

Pernod Ricard poursuit son recentrage, et s'apprête à céder Sias-MPA, sa filiale de préparation de fruits pour l'agro-alimentaire. Fin 2001, le groupe avait vendu Orangina à Cadbury pour 718 millions d'euros. Pernod Ricard se focalise sur les spiritueux, et veut maintenant vendre Sias-MPA au fonds d'investissement français Butler Capital, pour 170 millions d'euros, précisent Les Echos.

Orange, l'opérateur mobiles de France Télécom, est " intéressé " par le n°1 de la téléphonie mobile en République tchèque, Eurotel. Aucune offre formelle n'est encore déposée, mais Orange serait prêt à racheter les 51% d'Eurotel détenus par l'opérateur tchèque Cesky Telecom, annonce La Tribune.

LDCom, la filiale télécoms du groupe de négoce Louis-Dreyfus, rachète l'opérateur Kaptech pour 10 millions d'euros. LDCom se limitait jusqu'à présent à un activité de grossiste - Kaptech étant l'un de ses clients. Mais il pourrait ne pas en rester là, puisqu'il envisage de racheter Belgacom France, et étudie aussi le dossier de 9 Telecom, indiquent Les Echos.

Sachez enfin que Tesco, le n°1 des supermarchés britanniques, lance aujourd'hui aux Etats-Unis sa technologie de commerce électronique. Tesco avait en effet vendu sa technologie Internet à Safeway, la plus grande chaîne californienne, et espère conclure des accords similaires en France, en Italie, en Allemagne, au Japon, au Canada et en Australie. C'est dans le Financial Times.

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte