Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

34 plans industriels : Montebourg ramassera les copies à Noël

Solène Davesne , , , ,

Publié le , mis à jour le 08/10/2013 À 11H49

Arnaud Montebourg a dévoilé les 44 pilotes des ses plans industriels. Objectif :  rédiger avant Noël une feuille de route.

34 plans industriels : Montebourg ramassera les copies à Noël © Renault

Des patrons de start-up, des dirigeants de PME, des PDG de grandes entreprises et même un préfet... Arnaud Montebourg a donc dévoilé ses chefs de file pour ses 34 plans industriels. Au total, ils sont 44, puisque certains plans sont pilotés par des binômes d’industriels. Dans l’automobile, le PDG de Renault, Carlos Ghosn, pilote le projet de voiture automatique. Le directeur de la R&D de PSA, Gilles Le Borgne, et le directeur ingénierie de Renault Jean-Michel Billig se partagent la conduite de celui sur la voiture consommant 2l/100. Laurent Castaing (Président de STX), Antoine Frérot (PDG de Veolia), Jean-Louis Chaussade (DG exécutif de Suez environnement), Thierry Breton (PDG d’Atos) font aussi parti des pilotes.

Première étape pour eux : Les chefs de file des plans industriels doivent rédiger avant Noël leur feuille de route et constituer leurs équipes projets. Des points d’étapes mensuels devraient être tenus avec chacun des chefs de file pour faire le point sur l’avancée des projets. "Ces 34 plans sont autant de courses contre la montre", estime Arnaud Montebourg. Si le ministre du Redressement productif veut aller vite, c’est que la France n’est pas le seul pays à avoir lancé une stratégie industrielle ces dernières années. Les 34 plans industriels sont censés permettre de gagner des parts de marchés mondiales, ou a minima ne pas se laisser distancer. "La Chine investit 6 % de son PIB dans sa stratégie d’innovation, les Etats-Unis 0,6 % de leur PIB et l’Allemagne 0,3 %", liste le ministre du redressement productif. En France, les 34 plans industriels devraient profiter de 3,75 milliards d’euros mis à disposition par les investissements d’avenir, soit 0,2 % du PIB. "Nous mettons moins d’argent mais nous espérons un effet d’entraînement plus fort", estime Arnaud Montebourg.

Négocier des crédits

Pour l’instant, le contenu des plans industriels reste encore à définir. Pour soutenir le développement industriel des filières sélectionnées, l’Etat devrait à aménager la réglementation et les normes dans plusieurs secteurs mais aussi utiliser la commande publique. "Nous proposons le pragmatisme. Nous allons créer des outils au cas par cas pour soutenir les plans industriels. Nous ne voulons pas de structure", assure le ministre du Redressement productif, qui reconnait qu’il faudra aussi aller voir au cas par cas le commissaire aux investissements d’avenir Louis Gallois pour négocier les crédits de chaque filière industrielle.

Le ministre a en tout cas d’ores et déjà prévu de faire la promotion internationale de sa nouvelle France industrielle. Une tournée des grandes universités mondiales est déjà prévue. Arnaud Montebourg devrait ainsi se rendre au prestigieux MIT de Boston, aux Etats-Unis, pour y présenter ses 34 plans industriels. Des conférences à l’école polytechnique de Lausanne, au Japon ou en Allemagne sont aussi prévues.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle