31/10/07: ANPE, Morin, Alcatel-Lucent, Bourses, Fed...

  • Le front de l'emploi gagne du terrain
  • Concerter plus pour exporter plus
  • Nouvelle saignée chez Alacatel-Lucent
  • Nouveau réglement intérieur pour l'Europe boursière
  • La Fed se détend
  • Partager

    Le front de l'emploi gagne du terrain
    « Le chômage repart à la baisse en septembre », titre à sa une La Tribune. Le mois dernier, le nombre de demandeurs d'emploi s'est réduit de 28 000, selon les données publiées hier soir. Les chômeurs de longue durée (- 3 %) sont nombreux à trouver un emploi, ce qui n'était pas le cas les années précédentes. « Leur situation tranche avec celle des années précédentes : jusqu'alors, l'amélioration de l'emploi, amorcée en 2006, profitant essentiellement aux personnes les plus employables. Ce n'est plus le cas aujourd'hui : la France s'attaque au noyau dur du chômage, à savoir les personnes inscrites à l'ANPE depuis plus d'un an », commente Les Echos. Seul bémol selon La Tribune, la tendance devra être confirmée : « officiellement depuis cet été, pour l'INSEE, les données mensuelles de l'ANPE ne servent plus à calculer tous les mois le taux de chômage au sens du BIT. Désormais, celui-ci sera publié tous les trimestres et reposera uniquement sur l'enquête emploi menée par l'INSEE ».

    Concerter plus pour exporter plus
    Hervé Morin veut tirer des enseignements de l'échec de la vente des avions de chasse Rafale au Maroc. C'est en substance le résumé de l'interview qu'il donne ce matin aux Echos. Expliquant le revers subi au royaume chérifien par le fait que « Washington a mis tout son poids politique, notamment en modifiant sa position sur le Sahara Occidentale », le ministre de la Défense souhaite dès maintenant changer de braquais. « Ce qu'il faut, c'est absolument améliorer notre organisation et faire en sorte que la France parle d'une seule voix. Qu'il y ait une vraie coordination entre les actions des industriels et celles de l'Etat. Que l'information circule en temps réel. J'ajoute que, pour bien exporter, il faut présenter le meilleur produit dans les meilleurs délais, et là, c'est l'affaire des industriels ».

    Nouvelle saignée chez Alacatel-Lucent
    4000. C'est le nombre de suppressions d'emplois annoncé ce matin par Alcatel-Lucent dans le cadre de son plan d'urgence. Si la presse ne revient pas en détail sur ce chiffre, faute de l'avoir connu à temps, elle fait largement échos aux inquiétudes des salariés de l'équipementier télécoms. « Tout le monde craint pour le devenir de son établissement et de son activité, que ce soit le cœur de réseau pour les sites de Lanion, Orvault ou Villarceaux, ou la 3G pour les sites de Vélizy et de Chateaufort », observe dans La Tribune Jean-Baptiste Triquet, secrétaire de l'inter CFDT. « Il reste des économies à faire, il existe des doublons d'effectifs. La phase d'hypertrophie de la structure, classique après fusion, est terminée », relève un cadre ; mais la question de la répartition géographique du plan est « épineuse ».

    Nouveau réglement intérieur pour l'Europe boursière
    « L'Europe boursière se donne de nouvelles règles de jeu », titre en manchette Les Echos. La directive européenne des Marchés d'instruments financiers entre en vigueur le 1er novembre. Elle organise la concurrence sur la négociation des ordres entre les Bourses, les intermédiaires et les plates-formes alternatives. Une longue phase d'ajustement s'ouvre. « Le terrain de jeu s'élargir à l'Europe, explique Les Echos. Dès lors, nulle autorité de tutelle ne peut se permettre de brider les professionnels de son pays puisque les règles de conduite sont du ressort de l'Etat d'origine. Dans la pratique, la directive entraîne l'abolition de la règle de concentration des ordres dans les pays où les Bourses bénéficiaient d'une position de monopole, ce qui est le cas en France ».

    La Fed se détend
    « La Réserve fédérale américaine condamnée à une nouvelle détente des taux » selon La Tribune. La Fed devrait en effet réduire son taux directeur d'un quart de point à 4,50 % à l'issue de son conseil. Le marché ne comprendrait pas une baisse plus agressive et sanctionnerait un statu quo. « Devant arbitrer entre risque inflationniste et risque pesant sur la croissance, l'institution dirigée par Ben Bernanke devrait en effet juger que la priorité reste la stimulation de l'économie américaine, rapporte Les Echos. Une nouvelle baisse des taux devrait à court terme rassurer les marchés financiers et pourrait, à moyen terme, permettre de limiter l'impact que risque d'avoir sur l'économie l'explosion de la bulle immobilière ».

    Philippe Roger

    Partager

    LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

    LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

    ARTICLES LES PLUS LUS