Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

300 salariés sur la sellette chez Castel Viandes

, , ,

Publié le

McDonald's a suspendu ses approvisionnements en attendant les conclusions de l’enquête promises fin juin. 300 emplois sont concernés chez Viol Frères, la société familiale créée en 1963 à Châteaubriant (Loire-Atlantique) qui fournit également la grande distribution.

300 salariés sur la sellette chez Castel Viandes © DR

Comme les restaurants Flunch, McDonald’s a décidé de suspendre ses approvisionnements de viande en provenance des abattoirs de Castel Viandes "à titre de précaution" dès le début mars. La chaîne de fast-food attend les conclusions de l’enquête avant de les reprendre. Selon Fabienne Bonnet, procureur adjoint au parquet de Nantes, "l’enquête, portant sur des documents saisis lors de la perquisition mi-février et sur la période incriminée se poursuit. Les conclusions pourraient être rendues fin juin. Elle a conduit la direction départementale de la protection des populations (ex DGCCRF) à diligenter des vérifications sanitaires sur les pratiques de la société."

Selon un document que s’est procuré le Parisien, la société Viol Frères à Châteaubriant (Loire-Atlantique) aurait fourni en 2008 à McKey, la centrale d’achat de l’américain, de la viande avariée pour fabriquer ses steaks hachés. McKey indique dans un communiqué n’avoir à ce jour "détecté aucune anomalie telles que décrite dans l’article du Parisien sur les lots livrés par Castel Viandes lors des contrôles effectués à réception sur la période du 1er au 22 août 2008".

Si l’information se confirme, l’entreprise familiale spécialisée dans la découpe de viande bovine et ses 300 salariés risquent gros. Déjà touchée par une enquête préliminaire ouverte en février 2013 par le parquet de Nantes pour escroquerie et tromperie suite à la dénonciation de l’ex-chef de son service qualité, licencié en 2008, la société a dû mettre en place des mesures de chômage partiel en raison d’une baisse des commandes.

De sources proches du dossier, Viol Frères aurait subi une chute de 15 % de son activité depuis la médiatisation de cette affaire. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 97 millions d’euros en 2011 (83,6 en 2010), dernier montant disponible.

Véronique Viol-Lesvêque, directrice générale de la société, soutenue par ses salariés, soutenue par ses salariés, qui déjà a porté plainte pour dénonciation calomnieuse va déposer une plainte en diffamation contre le Parisien.

Olivia Bassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle