3 G : la 4e licence n'attire pas les candidats

Seuls Free et Numericâble Noos se sont déclarés intéressés par la quatrième licence 3G, à condition de revoir le prix à la baisse. La justice a rejeté hier la demande de Free d'annuler l'appel à candidature.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 3 G : la 4e licence n'attire pas les candidats

Y a-t-il un candidat pour acquérir la quatrième licence de téléphonie mobile 3G ? Alors que l'appel d'offre expire dans moins de trois semaines, le 31 juillet prochain, les opérateurs ne se bousculent pas. Seuls Free et Numericâble Noos se sont pour le moment montrés intéressés... mais sous condition.

Hier, le Conseil d'Etat a rejeté la requête de Free d'organiser un nouvel appel à candidatures et de « fixer un nouveau montant de la redevance due par le quatrième opérateur ». Le fournisseur d'accès Internet pourtant a rappelé à plusieurs reprises sont intérêt pour la quatrième licence mobile mais réclame une baisse du prix de la licence, jugé prohibitif.

Le quatrième entrant devrait en effet s'acquitter des même modalités financières qu'Orange, SFR et Bouygues Telecom, les trois détenteurs actuels des licences. Chacun avait payé la somme de 619 millions, plus 1% du chiffre d'affaires généré par la 3G, qui permet notamment un accès internet à haut débit depuis son mobile.

Trop cher pour les nouveaux entrants, qui réclament un rabais afin de compenser leur arrivée tardive sur le marché. La semaine dernière, Olivier Rosenfeld, le directeur financier d'Iliad, la maison mère de Free, avait indiqué que le groupe pourrait déposer un dossier d'ici le 31 juillet, à condition d'obtenir un rabais et un assouplissement de l'obligation de couverture des trois quarts de la population métropolitaine au bout de huit ans.

« Nous n'avons pas trouvé de volonté affichée du gouvernement de faire des aménagements par rapport aux licences attribuées au trois opérateurs existants en 2000-2001 », a-t-il précisé. « Il est parfois tactiquement intéressant de déposer une offre avec conditions plutôt que de ne pas déposer d'offre du tout ».

Quant au câblo-opérateur Numéricâble Noos, il souhaite lui aussi, selon des informations de presse, obtenir un prix fortement réduit pour la licence pour ne débourser que 100 millions d'euros.
Face aux exigences des candidats potentiels, les trois opérateurs existants n'entendent pas laisser accorder des conditions favorables.

Didier Lombard, président de France Télécom, a ainsi jugé il y a une semaine « juridiquement impossible » l'octroi des ces meilleures conditions, tandis que Frank Esser, PDG de SFR, rappelait que « ce ne serait pas acceptable que le 4e opérateur bénéficie de meilleures conditions ».

L'octroi d'une quatrième licence pourrait pourtant permettre d'améliorer la concurrence dans un marché où trois opérateurs se partagent près de 97% des parts de marché aux côtés d'une vingtaine d'opérateurs sans réseaux.

Thierry Cota, économiste chez Société générale, estimait lors d'une récente conférence sur les télécoms qu'il existait de la place pour un quatrième entrant sur le marché français, l'un des rares marchés européens comptant seulement trois opérateurs.

De son côté, l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a pressé le gouvernement d'accorder des conditions financières plus « accessibles », jugeant comme Free que le prix de la licence pouvait être dissuasif .

Pour Julien Dourgnon, directeur des études et de la communication à l'UFC Que Choisir, un quatrième opérateur, arrivé sur un marché mature, renforcera la concurrence de manière indirecte en accueillant des opérateurs mobiles sans réseau sur son réseau afin de l'amortir.

« C'est surtout en tant qu'opérateur hôte des MVNO que le quatrième opérateur pourrait avoir un effet sur la concurrence », a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

Face à la rareté des manifestations d'intérêt, la balle paraît de plus en plus dans le camp du gouvernement.

Solène Davesne, avec Reuters

0 Commentaire

3 G : la 4e licence n'attire pas les candidats

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS