29/08/2007 : Suez-GDF, Arcelor-Mittal, Home Depot, Rhodia, Sanofi-Aventis, SNCF...

Partager


  • Fusion Suez-GDF le dossier s'emballe.
  • Arcelor va se fondre dans Mittal.
  • Home Depot baisse le prix de sa filiale de gros.
  • Rhodia et Sanofi de nouveau devant les tribunaux.
  • Le câble sauvé par la fibre optique !
  • Le fret SNCF se remet sur les rails.


    Fusion Suez-GDF le dossier s'emballe.
    La tension est montée d'un cran dans le projet de fusion entre les deux groupes énergétiques. Alors que l'aval de la Commission européenne pour le rapprochement a été donné en novembre dernier et expire fin septembre, la direction de Suez s'impatiente et souhaiterait une décision rapide de l'Etat. Le groupe n'a de cesse de réaffirmer son intérêt pour la fusion. Dans un courrier adressé récemment à la présidence de la République, Gérard Mestrallet aurait proposé d'apporter à GDF les participations que l'Etat détient dans Suez via la Cogema, la CDC et CNP (environ 6,6%) indiquent la Tribune et le Figaro. Cela permettrait de valoriser le groupe public quasiment à hauteur de la valeur du groupe franco-belge, ce qui favoriserait une fusion entre égaux. Pour l'Etat le rapprochement des deux groupes est lié à la cession des activités de Suez qui ne concernent pas l'énergie, l'eau et la propreté essentiellement. Dans un entretien aux Echos, Jean-François Cirelli, patron de GDF explique son point de vue. Il affirme que le groupe gazier est prêt dans toutes les hypothèses et estime que c'est à Suez de faire les pas nécessaires

    Arcelor va se fondre dans Mittal .
    Lors de l'assemblée générale extraordinaire de Mittal Steel réunie hier à Amsterdam, la quasi unanimité des actionnaires (98,8% des voix) a voté en faveur de la fusion des deux sidérurgistes. Ils ont donc donné leur aval à la première étape du processus de rapprochement, l'absorption de Mittal Steel dans sa filiale de droit luxembourgeois Arcelor Mittal, créée pour la fusion. Un changement de nationalité qui ne serait pas anodin et qui restreindrait les droits des actionnaires, estime les Echos. Les statuts de la nouvelle identité luxembourgeoise interdiraient à un actionnaire de détenir plus d'un quart du capital du groupe de l'homme d'affaires indien, sans un vote d'approbation de l'assemblée à la majorité des deux tiers. Sans cela, il faudrait lancer une OPA improbable sur le capital d'un groupe détenu à plus de 45% par la famille. Cette première étape devrait être réglée d'ici à une semaine sur la base d'un titre pour un titre. Les tribunaux de Rotterdam et de Paris ont rejeté la requête de minoritaires (environ 6% du capital), dont trois fonds d'investissement qui estimaient la parité d'échange pour le rachat de leurs titres défavorables. Ces derniers ont encore la possibilité de contester la seconde phase de la fusion ; à savoir l'absorption d'Arcelor Mittal par Arcelor. Cette dernière phase du processus sera soumise à l'approbation des actionnaires à la fin de l'année.

    Home Depot baisse le prix de sa filiale de gros.
    Le distributeur américain va vendre sa filiale HD Supply à trois fonds d'investissement, Bain Capital, Carlyle et Clayton Dubilier & Rice pour 7,9 milliards de dollars, rapporte le Financial Times. Ces derniers ont obtenus après d'âpres discussions un rabais de plus de 2 milliards (20%) par rapport au prix de départ. C'est la première fois depuis deux ans qu'une opération de rachat par endettement se renégocie à la baisse, note les Echos. Alors que la cession avait été convenue pour plus de 10 milliards de dollars au mois de juin, la fragilisation du secteur du crédit outre-Atlantique, due à la crise des subprimes (crédits hypothécaires à risques), à fait renâcler les banques qui ont imposé de nouvelles conditions. La chaîne spécialisée dans le bricolage, numéro deux de la distribution aux Etats-Unis à même accepté d'apporter des garanties pour une partie des emprunts (1 milliard) obtenus par les fonds. Son activité est également fortement touchée par le ralentissement du secteur immobilier, et Home Depot compte sur cette vente pour financer une partie d'un grand programme de rachat d'actions.

    Rhodia et Sanofi de nouveau devant les tribunaux.
    Le contentieux entre les deux entreprises date de la scission des activités chimiques en 1998. Rhodia accuse son ancienne maison-mère, devenue Sanofi-Aventis en 2004, de lui avoir laissé de lourds passifs concernant des engagements de retraite et des problèmes de nettoyage d'anciens sites pollués. Plusieurs actionnaires minoritaires dont Edouard Stern et Hugues de Lasteyrie, décédés depuis, estimaient qu'Aventis n'avait pas assuré le financement des ces engagements, créant une crise financière qui a mené le groupe chimique au bord de la faillite en 2003, faisant dégringoler son cours de bourse. La procédure d'arbitrage engagée en 2005 n'ayant pas abouti dans le sens souhaité, le groupe dirigé par Jean-Pierre Clamadieu repart à l'offensive, rapporte les Echos, cette fois devant le tribunal de commerce, alors que les faits pourraient être frappés de prescription décennale. Il tentera une nouvelle fois de prouver que la transaction conclue en 2003 pour solde de tout compte n'est pas suffisante. Rhodia réclame plus de 530 millions d'euros pour couvrir le financement de son système de retraite complémentaire et 125 millions pour financer le nettoyage de ses sites pollués.

    Le câble sauvé par la fibre optique !
    L'unique câblo-opérateur Numéricable, né du rapprochement des réseaux câblés de France Télécom, de Canal Plus, de TDF, de Noos et d'UPC, dans une position délicate face à la concurrence des fournisseurs d'accès internet et aux défaillances de ses hot-lines, lance une offensive commerciale et industrielle, relève la Tribune. L'opérateur se concentre désormais sur la mise en place de son réseau de fibre optique à très haut débit de 100 mégabits (dix fois la vitesse de l'ADSL). Il revendique 1,1 million de foyers raccordables, avec environ 30 000 immeubles (il en vise 7,5 millions en 2009) et 4 000 abonnés à son offre haut débit. Il pourrait avoir couvert tout Paris à la fin de l'année prochaine. Numéricable a choisi de déployer la fibre optique à l'horizontale, jusqu?au pied des immeubles et de se servir ensuite du réseau câblé pour relier l'abonné. Contrairement aux autres opérateurs, cela lui évite de difficiles négociations avec les syndics et les copropriétaires. Le câblo-opérateur compte lancer une offre au début de l'année prochaine, en s'alliant avec Bouygues Télécom, qui, proposerait l'internet, la télévision et la téléphonie fixe et mobile. Il revendique actuellement 3,4 millions d'abonnés à la télévision, 700 000 à internet et 450 000 clients pour le téléphone. Pour autant, il reste lourdement endetté, et s'il veut mener à bien la construction de son réseau fibre optique, c'est 800 millions d'euros qu'il devra injecter dans les deux ans.

    Le fret SNCF se remet sur les rails.
    Premières lueurs d'espoir pour le fret SNCF, titre le Figaro. Le transporteur national doit annoncer aujourd'hui des résultats semestriels en hausse (pour le cinquième semestre consécutif). Le chiffre d'affaire s'établi à 11,65 milliards d'euros (en hausse de 8%), tandis que le résultat courant a progressé de 26%, à un peu plus de 1 milliard. Si la branche voyageurs va très bien, la bonne nouvelle vient également de la réduction du déficit de la branche fret. Alors que cette dernière est en perte depuis une dizaine d'années, elle enregistrerait un déficit de 100 millions au premier semestre, contre 137 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires du transport de marchandises serait en hausse de 3,5% pour dépasser légèrement le milliard d'euros, dans un contexte où les nouveaux entrants ont pourtant pris 4% de part de marché. Olivier Marembaud, patron du fret ne compte pas en rester là. Il souhaite mieux adapter l'offre aux attentes des clients, mieux anticiper les flux de marchandises et mettre en place de nouvelles liaisons à grande capacité sur plusieurs axes. Il affiche toujours l'ambition d'un retour à l'équilibre en 2010.

    Didier Ragu

    A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS