Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

27/07/2007; Westinghouse, Areva, Renault-Nissan, Exxon, Shell, BP, Daewoo, Sabanci, Ford...

, , , ,

Publié le

Nucléaire, Pékin joue la concurrence. My french boss is very rich ! Les bénéfices des majors du pétrole stagnent. La Chine menace la supériorité coréenne dans la construction navale. Güler Sabanci, forte comme un turc. Ford re

Nucléaire, Pékin joue la concurrence.
Après avoir signé un accord avec le nippo-américain Westinghouse, la Chine devrait également signer une lettre d'intention avec Areva le 31 juillet. L'annonce du contrat portant sur la construction de quatre réacteurs AP100 devrait, selon la Tribune, faire tomber les réticences des Français à d'importants transferts de technologie. En décembre Westinghouse avait emporté la mise, pour un montant estimé par les Echos à prés de 6 milliards de dollars. Déjà très présent en Chine où il a construit 4 centrales, Areva devrait emporter un lot de consolation en fournissant 2 réacteurs de nouvelle génération des EPPR de 1 600 mégawatts chacun. Pas moins de quarante centrales nucléaires devront être construites en Chine  dans les 15 années à venir pour voir la part de cette technologie passer de 1,3% à 4% dans la production d'électricité du pays. La moitié des contrats devraient revenir à des groupes étrangers, qui pour les obtenir n'hésiteront pas à casser les prix et à se résoudre à d'importants transferts de technologie, met en garde la Tribune.

My french boss is very rich !
Mieux vaut faire envie que pitié et les patrons français n'ont plus grand-chose à envier à leur collègues européens comme le rapporte les Echos, citant un classement établi par le magazine Forbes. Pas moins de 10 Français faisaient en effet partie du gratin des 20 patrons les mieux rémunérés d'Europe en 2006. En tête Carlos Ghosn qui avec 45,4 millions de dollars (salaire fixe, bonus, options et autres avantages) a gagné chez Renault plus du double du second, Jean-Paul Agon de L'Oréal - une entreprise dont le patron précédent, Lindsay Owen-Jones, se flattait d'être le mieux payé de France - qui n'a touché " que " 19,30 millions. L'idée reçue selon laquelle l'Hexagone récompensait mal ses dirigeants en prend un coup, ironise les Echos, qui soulignent que le premier Britannique est quatrième alors que le premier Suisse n'arrive qu'en onzième position. Globalement, ces vingt patrons ont vu leur rémunération totale progresser de 59% entre 2005 et 2006. Attention cependant pour les patrons français, la nouvelle règlementation des stock-options, là où ils font la différence, pourraient bien les renvoyer dans les profondeurs du classement, prévient le quotidien économique.

Les bénéfices des majors du pétrole stagnent.
Bien sûr, ce sont toujours des superprofits, rassurent les Echos, et les trois grands pétroliers cotés, ExxonMobil, Shell et BP ont ensemble engrangé 47,5 milliards de dollars de bénéfice net au premier semestre. Toutefois, la hausse par rapport à l'année précédente n'est que de 3,5% et BP a même vu son résultat reculer de 6,6%. ExxonMobil a également annoncé pour le deuxième trimestre un recul de son bénéfice, certes modeste, 1%, mais le premier depuis trois ans. Parmi les pétroliers de taille plus réduite l'italien ENI et l'espagnol Repsol ont aussi annoncé des reflux de respectivement 8% et 4% alors que ConnocoPhilips enregistrait une chute de ses profits de 55%. Si le cours du baril s'est au premier trimestre vendu 4% plus cher que l'année précédente, les majors peinent tant à renouveler leurs stocks de réserves, qu'à maintenir leur niveau de production. Parallèlement les Etats producteurs alourdissent la fiscalité alors que les sous-traitants parapétroliers ont sensiblement augmenté leurs tarifs. Des frais compensés par des marges particulièrement élevées du raffinage, un secteur en manque de capacités. Ce sont effectivement les activités aval qui ont permis à Shell d'augmenter ses profits, relève le Financial Times.

La Chine menace la supériorité coréenne dans la construction navale.
Les offres venues de l'étranger devraient être exclues de la vente de Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering, affirme le Financial Times. Les créditeurs devraient commencer à vendre les 50% qu'ils détiennent dans le troisième plus important constructeur naval, estimé à 8,7 milliards de dollars. Parmi les acquéreurs potentiels, Posco, GS Engineering et STX Pan Ocean. Les chantiers chinois sont prêts à tout pour rattraper leur retard technologique et un employé de Daewoo a été arrêté pour avoir vendu des plans à un concurrent chinois. Selon les Coréens, cependant, il leur faudra 4 à 10 ans pour rattraper leur retard. La Chine a l'intention de devenir le numéro un du secteur d'ici à 2015 rappelle le quotidien saumon. Si les trois premiers constructeurs sont coréens, pas moins de 23 chantiers de grands volumes devraient avoir été construits en Chine, alors que la Corée n'en dispose que de quinze. Pour résister Samsung et Daewoo ont ouvert de nouveaux chantiers de l'autre côté de la Mer Jaune pour profiter des bas salaires chinois. 

Güler Sabanci, forte comme un turc.
Une quinquagénaire dirige le deuxième conglomérat industriel et financier de Turquie. Classée 65 éme femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes, mais parmi les dix plus influentes par le Financial times, Güler Sanbanci, dont les Echos dressent aujourd'hui le portrait, est la petite fille du fondateur de ce véritable empire où travaille 52.000 employés dans des secteurs aussi variés que la banque, l'assurance, l'automobile, la chimie, l'énergie, le textile, l'agroalimentaire ou encore la distribution. Et qui réalise un chiffre d'affaires de plus de 12 milliards dollars. L'entreprise est cotée en bourse, mais reste au trois quarts propriété de la famille. Confiante dans l'avenir de l'économie du pays, cette femme d'affaires ne croit pas à l'idée d'une Turquie tentée par le rejet de la modernité. Elle a été formée dans les meilleurs établissements et se trouve à l'aise dans l'économie mondialisée. Elle considère que l'avenir est toujours dans l'industrie, et les marchés des pays de l'Europe orientale lui semblent prometteurs. Un de ses moyens favoris pour se développer sur de nouveaux marchés est le partenariat. Mais le business ne lui fait pas oublier les préoccupations citoyennes. Le groupe Sabanci a fondé une université dans la banlieue d'Istanbul qui compte plus de 2.700 étudiants pour des études de haut niveau et dont une bonne partie sont des boursiers. De même, depuis 1974, une fondation, alimentée par des dons et des prélèvements sur les bénéfices, gère les activités philanthropiques de l'entreprise.


Ford relève la tête.
Ford a réussi à surprendre Wall Street avec son premier profit trimestriel depuis deux ans, annonce le Wall Street Journal. La firme de Dearborn a profité de l'embellie des marchés nord-américains et de sa politique de réduction de coûts pour enregistrer un bénéfice net de 750 millions de dollars et un bénéfice opérationnel de 258 millions de dollars pour des ventes de sa branche automobile en hausse de 6,1% à 40,1 milliards de dollars. Des résultats encourageants pour sortir Ford du rouge sur une base annuelle dès 2009, s'est réjoui son directeur général Alan Mulally. Ces résultats tombent à un moment critique, alors que de très dures négociations contractuelles vont commencer avec le syndicat UAW, visant à réduire la couverture médicale des salariés et des retraités. Ford a par ailleurs indiqué avoir reçu une offre du fonds d'investissement TPG pour Jaguar et Volvo, mais a formellement démenti des rumeurs de vente au groupe indien Tata.

Daniel Krajka

Bon week-end, à lundi !


Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle