27/03/2007 : Endesa, E.ON, Enel, Gazprom, Atos Origin, Alcatel-Lucent, Xstrata, LionOre...

  • Endesa : la bataille qui n'en finit pas
  • Gazprom veut accélérer son développement en France
  • Atos Origin étudie les offres de rachat
  • Alcatel-Lucent remporte un contrat record
  • Xstrata se renforce dans le nickel
  • Partager

    Endesa : la bataille qui n'en finit pas
    C'est à la une de tous vos quotidiens économiques du jour : l'allemand E.ON a relevé pour la quatrième fois son offre d'achat sur l'électricien ibérique, à 40 euros par action contre 38,75 auparavant. Dans le camp d'en face, le duo Enel-Acciona se dit prêt à surenchérir en proposant 41 euros par titre.
    Pour les Echos, il s'agit de « folles enchères ». Le journal a calculé que l'offre d'E.ON représente 57% de plus qu'en février 2006, lors de sa première offre sur Endesa. Au prix actuel l'électricien ibérique est valorisé 42,3 milliards d'euros, contre 29,1 il y a un peu plus d'un an... Même son de cloche dans les colonnes du Figaro Économie qui titre : « Endesa fait flamber les prix ». Le journal note que cette bataille boursière « atteint des montants sans précédent pour une OPA dans l'énergie en Europe ».
    Reste à savoir qui emportera Endesa à la fin. Pour la Tribune, « l'issue de cet assaut parait toujours aussi lointain ». Mais « il semble toutefois que les chances de l'allemand s'amenuisent ». Un avis partagé par les Echos qui rappelle que le tandem italo-espagnol dispose déjà de 46% du capital d'Endesa. « Dans ces conditions, note le journal, E.ON aura du mal à réunir les 50% qu'il vise ».
    Toutefois, on trouve, dans le Financial Times, un motif (au moins) d'espérer pour le conglomérat allemand : « E.ON gagne un allié clé dans la bataille pour Endesa », titre en une le journal de la city. Cet allié c'est Caja Madrid, le troisième actionnaire d'Endesa, avec 9,9% du capital. Ce dernier a indiqué hier soir qu'il acceptait de céder les droits liés à sa participation à l'allemand pour une période de deux ans. Selon les Echos, « cela doit permettre à E.ON de maintenir son OPA et aux minoritaires d'Endesa d'y participer ».

    Gazprom veut accélérer son développement en France
    Un autre sujet énergie aujourd'hui, à la une de la Tribune : « Gazprom négocie pour fournir EDF ». Le journal a interviewé Iouri Virobian, le chef de la représentation de Gazpromexport en France. Celui-ci dévoile les ambitions du géant russe sur le territoire français : « Nous estimons pouvoir jouer un rôle dans la production d'électricité de pointe, explique-t-il. Nous pourrions étudier des projets de centrales à cycle combiné gaz en France ». Autre information, après avoir passé un accord avec Gaz de France, « Gazprom discute avec EDF de ses approvisionnements en gaz », affirme Iouri Virobian.

    Alcatel-Lucent remporte un contrat record
    L'équipementier télécoms a annoncé la signature d'un contrat de 6 milliards de dollars sur trois ans avec l'opérateur américain Verizon Wireless, rapportent vos quotidiens économiques. Cet accord porte à la fois sur les équipements de téléphonie mobile et sur les logiciels. « Voilà qui tombe à pic pour Patricia Russo », se réjouit la Tribune. Le journal note qu'il s'agit du « premier mégacontrat » depuis la fusion entre Alcatel et Lucent. Fusion qui, du reste, a conduit à lancer une lourde restructuration chez l'équipementier. Même son de cloche dans les colonnes des Echos. « C'est une nouvelle qui tombe à point nommé pour Alcatel-Lucent », écrit le journal. Mais, même après ce contrat, « l'action Alcatel-Lucent affiche toujours un repli de 18% depuis le début de l'année ».

    Atos Origin étudie les offres de rachat
    Autre manchette de vos quotidiens : l'éventuel rachat par un fonds d'Atos Origin. La SSII française a indiqué hier dans un communiqué que le conseil de surveillance et le directoire de la société avaient pris la décision d'examiner « les différentes options stratégiques » reçues il y a une dizaine de jours. « Comment faut-il comprendre ce communiqué ? », interroge les Echos avant de répondre : « En clair, Atos Origin semble vouloir lancer un appel du pied à d'autres prétendants ». Jusqu'ici, selon la Tribune, deux fonds d'investissement, Permira et Centaurus, ont effectivement déposé une offre informelle de près de 4 milliards d'euros. Selon les Echos, la société d'investissement cotée Eurazeo serait également intéressée.

    Xstrata se renforce dans le nickel
    Le groupe minier anglo-helvétique a annoncé une OPA amicale et en cash de 4 milliards de dollars sur LionOre Mining International, le dixième producteur mondial de nickel, rapportent le Financial Times et le Wall Street Journal. En cas de succès, Xstrata deviendrait troisième du secteur, alors qu'il est quatrième actuellement. Cet accord fait suite au rachat l'année dernière par Xstrata de Falconbridge, un autre groupe minier canadien, pour 18,8 milliards de dollars. LionOre est un producteur de nickel et d'or, présent en Australie, au Botswana et en Afrique du Sud. Il détient également la technologie Activox de traitement hydrométallurgique des concentrés de métaux.

    A demain avec Didier !
    Bertrand Beauté

    Partager

    SUJETS ASSOCIÉS
    LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

    LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

    ARTICLES LES PLUS LUS