25 000 euros de prime pour les « Thomé-Génot »

Social

Partager


Mobilisés depuis le 24 octobre, date à laquelle l'équipementier automobile a été liquidé, les salariés de l'usine de Nouzonville ont mis fin au blocus de la préfecture des Ardennes vendredi soir. Ils ont obtenu, la veille, de recevoir une prime de licenciement de 25 000 euros par salarié alors qu'ils réclamaient 30 000 euros (Quotidien des Usines du 13/11/2006). En échange, ils devront signer un contrat de transition professionnelle (CTP).

C.S.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS