L'Usine Energie

24 réacteurs nucléaires à fermer pour EELV et le PS

Ludovic Dupin ,

Publié le

Europe Ecologie Les Verts et le parti socialiste seraient sur le point de révéler un accord sur le nucléaire qui programme la fermeture de 24 réacteurs d'ici 2025… Même si le cas de l'EPR de Flamanville reste en suspens.

24 réacteurs nucléaires à fermer pour EELV et le PS © Fotolia

Alors que chacun donne de la voix pour imposer sa vision du nucléaire de Jean-François Copé à Manuel Valls, d'Henri Proglio à Daniel Cohn-Bendit, les négociations ardues entre PS et Europe Ecologie les Verts (EELV) continuent en arrière-plan. Ce mardi 15 novembre, Martine Aubry et Cécile Duflot se sont rencontrées et entendues sur un "accord politique de majorité parlementaire" entre les deux partis pour 2012, selon des sources de l'AFP chez EELV.

Cet accord devrait être rendu public ce soir par le PS et validé ce week-end, chez les écologistes, lors du conseil fédéral d'EELV. Le document d'une trentaine de page acte les points d'accord et de désaccord entre les deux formations.

Pour ce qui est des accords, l'addition est salée pour la filière de l'atome. Les deux formations s'entendent sur la fermeture de 24 réacteurs d'ici 2025, l'arrêt du retraitement et de la filière MOX (combustible mélangé de l'uranium et du plutonium), une politique d'efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables, la réduction de la consommation d'électricité et la mise en place d'une filière d'excellence du démantèlement des réacteurs nucléaires. La fermeture de 24 réacteurs, sur les 58 que compte la France, toucherait en premier lieu les centrales les plus anciennes comme Fessenheim ou le Tricastin.

Côté désaccord, demeure l'arrêt du chantier de réacteur EPR de troisième génération en construction à Flamanville (Manche). Les travaux se situent à mi-chemin selon l'opérateur EDF et déjà 3 à 4 milliards d'euros y ont été dépensés.

François Hollande, le candidat PS à la présidentielle, refuse de stopper cette réalisation nécessaire à la réalisation d'une transition énergétique en France. Les verts, de leur côté, jugent que la mise en route de ce réacteur pour 60 ans, à partir de 2016, ne peut que ralentir la France dans une mutation énergétique, considérée comme indispensable par la formation écolo.

Si l'accord est maintenu en l'état, EELV y gagne un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale de 25 à 30 députés. En revanche aucun ministre vert ne devrait entrer au gouvernement tant que l'affaire de l'EPR n'est pas tranchée.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

16/11/2011 - 10h25 -

D'une certaine manière, la façon dont les politiques souhaitent manifestement prendre des décisions va complétement à l'encontre du bon sens. Il faut redonner le pouvoir à des techniciens et des économistes plutôt qu'à de beaux parleurs sans aucun sens
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte