Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

22/10/07: Pétrole, EADS, Chatel, Goodyear, DP World...

, , , ,

Publié le

Le brent redécolle Eads veut normaliser son management Chatel à l'assaut des marges arrières Des négociations qui sentent la gomme DP World à la bourse de Dubaï

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le brent redécolle
« L'or noir à l'assaut des 100 dollars», titre La Tribune. La vigueur de la croissance mondiale, autour de 5%, et la situation au Proche et Moyen-Orient expliquent l'envolée du pétrole qui, pour la première fois de l'histoire, a enfoncé la barre des 90 dollars à New-York. Cette poussé inflationniste est parti pour durer selon les analystes. Selon Mike Fitzpatrick, cité par La Tribune, stratège chez MF Global, « l'appétit des fonds pour les matières premières, exacerbé par la baisse du dollar, est un des éléments qui plaide pour la poursuite de la hausse des cours ». En attendant, les grands argentiers du G7, réunis à Washington, prônent un accroissement significatif de la production. « Nous ne pouvons que reprendre les propos de l'Agence internationale de l'énergie qui suggérait une augmentation significative des volumes », de l'ordre de 1,8 million de barils par jour supplémentaire. Cette augmentation est nécessaire « pour faire face à une demande pétrolière dont on n'a pas de raison de penser qu'elle aille en diminuant », répondait vendredi soir Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances. 

Eads veut normaliser son management
Réforme de la gouvernance, acte II. Aujourd'hui, à Amsterdam, les actionnaires d'EADS sont appelés à entériner la transformation de la composition et des modes de fonctionnement du conseil d'administration. « Les actionnaires doivent élire un nouveau conseil d'administration dont les onze membres seront nommés pour cinq ans, jusqu'en 2012, rapporte Le Figaro Economie. Quatre administrateurs indépendants contre deux auparavant sont proposés. (...) Autre changement important, le vote à la majorité devient la norme pour les décisions adoptées par le conseil à l'exception de huit sujets réservés qui relèveront des deux actionnaires historiques, le groupe Lagardère et Daimler. L'objectif est également de donner plus d'autonomie au management ». « Reste maintenant à Paris et Berlin de se prononcer sur la question des golden shares, ces actions préférentielles qui protègent les intérêts nationaux stratégiques », conclut Les Echos.  

Chatel à l'assaut des marges arrières
« Des distributeurs et des industriels qui font exploser les marges arrière au détriment des consommateurs ; des opérateurs de téléphonie ou d'Internet qui imposent des durées d'engagement excessives ; des banques qui entretiennent le plus grand flou sur le montant de leurs frais de gestion : le gouvernement veut en finir avec ces pratiques, véritables freins à la concurrence qui pèsent sur les prix et donc sur le pouvoir d'achat », explique Les Echos. Le secrétaire d'Etat en charge de la Consommation, Luc Chatel, va donc détailler demain les mesures de son projet de loi qui veut développer la concurrence au profit des consommateurs. Exemple : « sur les mesures relatives « aux communications électroniques », rapporte le quotidien économique, le texte prévoit d'instaurer un droit permanent de résiliation des contrats pour le consommateur dans les dix jours suivant la réception de la demande, et d'obliger les opérateurs à effectuer les remboursements des sommes payées d'avance sur les consommations ou les dépôts de garantie ».

Des négociations qui sentent la gomme
« Non, c'est non », constate La Tribune. Appelés à se prononcer ce weekend sur l'avenir du site, les salariés de Goodyear-Dunlop Amiens ont massivement rejeté le plan de la direction. A l'origine du conflit ? L'instauration d'un système reposant sur quatre équipes en rotation (les quatre-huit) effectuant 35 heures au lieu de 28 heures. « Pour l'industriel américain, souligne La Tribune, l'enjeu est de diminuer la masse salariale et de faire fonctionner son complexe industriel 350 jours par an (contre 326 aujourd'hui) ».  « Les spéculations vont donc désormais bon train quant à l'avenir du site, rapporte Les Echos. A Amiens, chacun sait qu'un arrêt des investissements signifierait le déclin progressif des usines amiénoises, et se traduirait à terme par leur fermeture pure et simple ».

DP World à la bourse de Dubaï
Selon le Financial Times, le gestionnaire de ports DP World, contrôlé par l'émirat de Dubaï, veut lever 3,5 milliards de dollars en s'introduisant à la Bourse de Dubaï, a annoncé son président, le sultan Ahmed bin Sulayem. Le placement sera clos le 15 novembre. DP World exploite 42 terminaux portuaires dans le monde, 13 autres nouveaux étant en cours de réalisation. L'opérateur, numéro quatre mondial de son secteur, a traité 42 millions de conteneurs l'an dernier. 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle