"2016, une bonne année pour les plastiques grâce aux prix bas du pétrole", selon Michel Loubry (Plastics Europe)

Malgré un léger redressement lié à la reprise de l'automobile et du bâtiment, le secteur français du plastique n'a pas retrouvé son niveau d'avant-crise, affirme l’association européenne des producteurs de matières plastiques dans son bilan 2016 présenté le 30 juin. L'industrie continue pourtant sa croissance, puisqu'il n’y a jamais eu autant de plastique dans le monde.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Michel Loubry, directeur général région Europe de l'Ouest à PlasticsEurope, commente les résultats 2016 de l'industrie des matières plastiques en France et en Europe.

"La production et la demande de matières plastiques poursuivent leur croissance en France et dans le reste du monde, affirme Michel Loubry, directeur général pour la région Europe de l’Ouest de PlasticsEurope. La famille des thermoplastiques représente l’essentiel de l’activité, avec 280 millions de tonnes sur les 335 produites. "Une production qui a plus que triplé en 26 ans et qui devrait atteindre plus de 300 millions de tonnes vers 2018", précise Michel Loubry. Les pays asiatiques, en particulier la Chine (29%) et le Japon (4%), sont particulièrement actifs et ont produit 50% de ce volume.

Importations en hausse en Europe

Face à eux, l’Amérique du Nord et l’Europe concentrent respectivement 18% et 19% de la production. Si les deux zones semblent se maintenir, l’Europe (UE28 + la Norvège et la Suisse) accuse cependant une baisse de production cumulée de 6% en tonnage depuis 2009. Selon Michel Loubry : "La matière importée vendue en Europe est passée de 12% en 2005 à 17,7% en 2016. Il s’agit principalement de polyoléfines [polyéthylènes et polypropylène, Ndlr] en provenance des zones à bas coûts, Moyen-Orient et USA" explique Michel Loubry. "A l’inverse, l’industrie de production est excédentaire en valeur sur le plan commercial. Nous exportons beaucoup de plastiques techniques."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cinq polymères représentent 85% des ventes

Parmi les nombreuses matières, cinq polymères standards représentent 85% des ventes mondiales de thermoplastiques, parmi lesquels les polyoléfines (plus de 55%), le PVC (16%) suivi des polystyrènes (7%), et du PET (7%). Emballage, bâtiment et automobile sont, sans surprise, les principaux secteurs demandeurs. Cette répartition sectorielle est la même en France, où l’emballage représente 45,1% de la demande, loin devant la construction (18,3%), et le secteur automobile (9,2%). La part des équipements électriques et électroniques s’élève à 4,8%. En tout, la demande française représente 4,9 millions de tonnes environ 10% de la demande européenne soit une progression de 2% en volume par rapport à 2015 sur la base de l’indice de production Eurostat.

L’optimisme revient

Si la production française profite de l’embellie du secteur automobile et de la reprise des mises en chantier pour réaliser une légère progression de 1,1%, elle n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant 2008. La transformation affiche en revanche son dynamisme, avec une hausse de 4,2%. "2016 a été une bonne année grâce au maintien d’un pétrole à prix bas toute l’année – l’éthylène base naphta européen reste compétitif face à l’éthylène base gaz US et Golfe gage d’un bon équilibre et d’une stabilité économique pour les producteurs et les transformateurs", a conclu Michel Loubry. Reste à savoir pour combien de temps.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS