Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

2010 sera difficile pour la SNCF

Olivier Cognasse ,

Publié le

Réduction d’effectifs et comptes en bernes. L’année 2010 risque d’être difficile pour la société nationale surtout dans le fret.

2010 sera difficile pour la SNCF © REUTERS

Alors que certains spécialistes évoquent déjà la fin de l’âge d’or du TGV, l’année 2010 risque d’être difficile pour la SNCF et ses concurrents. Même la « si brillante » Deutsche Bahn a enregistré une baisse d’activité de 25 % sur le fret en 2009. Un résultat qui devrait se traduire pas la suppression de 3 900 postes. Pour l’ensemble de la compagnie, on évoque même le chiffre de 14 000 emplois supprimés dans les cinq prochaines années. Et comme si ces ennuis ne suffisaient pas, la DB est particulièrement visée pour la piètre qualité des transports berlinois. Résultat : elle va perdre le monopole dans la capitale allemande.

Mais sa concurrente française n’a pas de quoi se réjouir. Si la concurrence dans l’hexagone est encore un mot tabou, les prévisions pour 2010 ne sont pas très réjouissantes. Selon certaines sources, la SNCF prévoit un solde négatif de 1 400 postes en 2010 entre les embauches et les suppressions de postes, qui toucheront essentiellement le fret (- 2 586 postes). Un secteur qui doit pourtant faire l’objet d’un plan de relance ambitieux. Selon Les Echos, la dette devrait dépasser 10 milliards d’euros (contre 7,79 en 2009) et l’Ebitda devrait progresser légèrement à 1,77 milliard d’euros. Tout cela avec un budget en hausse de 4 % (hors Keolis et Eurostar).

Des chiffres peu encourageants, même si les investissements devraient se poursuivre. La SNCF vient de commander 19 nouveaux trains régionaux à Alstom pour 130 millions d’euros, partie de l’option de 35 trains qui avait été passée lors du contrat initial. Ce dernier prévoyait la livraison de 100 trains. Et l’opérateur ferroviaire français vient de créer une entreprise commune avec IBM (49 % du capital) pour prendre en charge l’ensemble de ses services informatiques. Peut-être un renvoi d’ascenseur pour l’énorme contrat signé fin 2008. SNCF Geodis a racheté IBM Global Logistics, la plate-forme mondiale de pilotage des activités logistiques du géant de l’informatique.

Olivier Cognasse
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle