Economie

200 millions d'euros pour les PME en bourse

Publié le

Un fonds d'investissement dédié aux PME et aux ETI cotées en Bourse devrait voir le jour d'ici l'été. Le gouvernement, à l'origine de ce fonds, entend développer une présence encore trop discrète sur le marché des cotations.

200 millions d'euros pour les PME en bourse © D. R.

Le ministère de l'Economie tente de réunir 200 millions d'euros afin de les placer sur les marchés B et C d'Euronext (respectivement pour les capitalisations inférieures à un milliard d'euro et à 150 millions d'euros) et sur Alternext.

La moitié du fonds sera réservée à l'investissement dans les introductions en Bourse et dans les augmentations de capital, l'autre moitié sera dédiée aux sociétés déjà cotées.

Cette enveloppe doit permettre d'animer un marché bien peu attractif. Les levées de fonds souvent difficiles et pour des montants peu élevées n'incitent pas les entreprises de taille moyenne à entrer en Bourse…  La France ne compte en effet que 574 PME et ETI cotées sur ces trois marchés, soit moins de 1 % du total, quand le Royaume-Uni en compte dix fois plus. En injectant 200 millions d'euros sur ces marchés, le gouvernement espère donc relancer la machine en attirant un peu plus de PME et d'ETI en Bourse.

Pour l'instant, seule la Caisse des dépôts s'est portée volontaire pour investir dans le fonds. Elle s'est engagée à apporter 40 millions d'euros, soit 20 % de l'enveloppe totale envisagée.

Bercy continue cependant son tour de table et espère convaincre les investisseurs institutionnels traditionnels (les banques, les compagnies d'assurance, etc.) de mettre au pot. Une gageure alors que ceux-ci ont plutôt tendance à effectuer le mouvement inverse.

Les réglementations internationales de Bâle III et Solvabilité II, qui imposeront des ratios de fonds propres plus élevés à mettre en face de leurs investissements risqués, ne les incitent pas à investir en actions. Et surtout pas en actions de moyennes entreprises, souvent jugées plus risquées que celles des grands groupes.

Le ministère de l'Economie va devoir se montrer particulièrement convaincant.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte