Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

20/11/07: EADS, ArcelorMittal, SABMiller, DCNS, Celgene...

, , ,

Publié le

Vision 2020 L'acier flambe Ca mousse dans la brasserie La DCNS se serre la ceinture Celgene casse sa tirelire

Vision 2020
« Dans un document intitulé «Vision 2020», qui sera présenté aux 300 cadres d'EADS le 13 décembre prochain par le président exécutif Louis Gallois, EADS devrait annoncer sa stratégie afin de réduire sa dépendance à Airbus (68 % du chiffre d'affaires) en développant ses activités de défense et de services », rapporte Le Figaro. Et Les Echos de détailler: « Sans surprise, « Vision 2020 » rappelle que le concurrent numéro un s'appellera toujours Boeing, même si Airbus va devoir compter avec d'autres acteurs sur le marché d'origines indienne, chinoise ou encore russe (...) « Vision 2020 » trace la même route pour EADS, en soulignant la nécessité de procéder à des acquisitions ou à procéder à des alliances aux Etats-Unis ». « EADS aurait d'ailleurs pu réaliser sa première opération d'envergure outre-Atlantique, avec le rachat du fabricant de drones UIC, sans l'opposition d'Arnaud Lagardère », ajoute le quotidien.

L'acier flambe
ArcelorMittal bombe le torse. Le leader mondial de l'acier veut augmenter les prix de ses aciers plats en Amérique du Nord, au Mexique et en Europe. En cause ? « Le sidérurgiste explique cette décision par le faible niveau des stocks et le recul des importations d'acier en Amérique du Nord, relève Le Figaro. ArcelorMittal doit aussi supporter l'augmentation des coûts de ses propres matières premières ». « Alors qu'il se trouve en négociations pour les contrats à long terme, le sidérurgiste fait le pari que la demande va continuer à croître. Les stocks de ses clients s'amenuisent et la concurrence d'acier en provenance de Chine est moins intéressante du fait de taxes et de frais de logistique en hausse », conclut Les Echos.

Ca mousse dans la brasserie
La pression est au plus fort dans la brasserie européenne. Alors que Heineken et Carlsberg redoublent d'efforts pour s'emparer de Kronenbourg, SABMiller rachète Grolsch. A 48,25 euros par action, l'offre de SABMiller valorise Grolsch à 816 millions d'euros. « SABMiller entend développer la marque Grolsch en Afrique et en Amérique latine, où le segment de la bière haut de gamme n'en est qu'à ses balbutiements, ainsi que sur les marchés plus développés comme l'Europe centrale et orientale », explique Le Figaro. « Pour les brasseurs britanniques, le salut passe par l'international, ajoute le quotidien. Car leur marché domestique a rarement été aussi sinistré. Les ventes dans les pubs sont au plus bas depuis les années 1930, a annoncé hier l'Association des pubs et brasseurs britanniques ». 

La DCNS se serre la ceinture
La DCNS au pain sec. Dans une note interne, le directeur général du groupe de défense appelle à la maîtrise de certaines dépenses : recrutements externes dans les fonctions de structure ou achats de prestations à des consultants. Mais le groupe dément tout plan social, rapporte Les Echos.  « Il n'y a aucun plan social en cours ni à l'ordre du jour », a indiqué un porte-parole. Rappelons que le groupe emploie actuellement 13.000 personnes. Il table sur un chiffre d'affaires supérieur à 2,7 milliard d'euros pour 2007, et sur une rentabilité opérationnelle en ligne avec celle des exercices précédents.

Celgene casse sa tirelire 
Grande manœuvre dans le monde de la biotechnologie. L'américain Celgene, le numéro quatre mondial de la biotechnologie par la capitalisation boursière, se renforce dans l'oncologie et l'hématologie. Il s'offre Pharmion pour 2 milliards d'euros. « Les analystes ont apprécié généralement cette transaction, souligne Les Echos. Mais un bureau d'études expliquait que le prix payé était élevé, 11 fois le chiffre d'affaires estimé en 2007, d'autant plus que le Vidaza va perdre son brevet en 2011. Et devrait donc pouvoir être copié par des concurrents ».

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle