Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

2 milliards d’euros pour remplacer les vieux Intercités

Olivier Cognasse

Publié le

Le secrétaire d’Etat en charge des Transports Alain Vidalies a dévoilé la feuille de route du gouvernement sur l’avenir des Trains d’Equilibre du Territoire (TET). 2 milliards d’euros seront alloués pour remplacer la totalité des trains sur les lignes structurantes

Avant 2025, l’ensemble des vieux Intercités aura disparu du paysage français. L’Etat s’engage à remplacer tous ces trains Corail, aujourd’hui appelés Trains d’Equilibre du Territoire (TET).

Aux 510 millions d’euros déjà dépensés pour la commande de 34 rames qui seront déployées à partir de 2016, le secrétaire d’Etat en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, Alain Vidalies, a annoncé que "le gouvernement s’engage sur la qualité de service et sur le renouvellement du matériel roulant des lignes structurantes, qui sera totalement renouvelé d’ici à 2025." Un investissement qui s’élève à 1,5 milliard d’euros supplémentaires et qui devrait ravir Alstom et peut-être Bombardier.

Le gouvernement s’est basé sur le rapport de la commission Duron sur l’avenir des TET, mais n’a pas retenu l'expérimentation de l’ouverture du marché à la concurrence. Il va mettre en place un nouveau contrat avec la SNCF à partir de 2016, mais il renforce son rôle d’Autorité organisatrice des TET au même titre que les régions avec les TER.

Trois trains de nuit sont sauvés

"L’offre est hétéroclite, les trains ont plus de 35 ans de moyenne d’âge (…) Ces trains perdent chaque jour du terrain. Depuis 2011, ce sont 20 % de voyageurs en moins à bord des TET, qui se sont orientés vers le mode aérien ou le covoiturage, précise Alain Vidalies. Cette évolution devient financièrement insoutenable : de 330 millions d’euros en 2014, le déficit d’exploitation pourrait atteindre 450 millions d’euros en 2016 sans mesures énergiques."

Des mesures qui commencent par la suppression de 4 trains de nuit sur sept. Seules subsistent, les lignes Paris-Briançon, Paris-Rodez, Paris- Latour de Carol. Pour les lignes de jour, le Préfet François Philizot est chargé de conduire une large concertation avec les Régions pour évaluer les évolutions nécessaires. Pas de réponses avant mai 2016, quelques mois après les élections régionales…  

Olivier Cognasse 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus