Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

2 milliards d’euros de pertes pour Areva, tiré vers le bas par l'EPR finlandais

Ludovic Dupin ,

Publié le , mis à jour le

Les résultats d’Areva restent très largement négatifs en 2015. Le chantier de l’EPR Finlandais continue à grever les chiffres de l’entreprise, déjà affectés par la scission en cours de ses activités.  


Crédits Guillaume Cattiaux CC Flickr

Pour la cinquième année consécutive, Areva affiche des résultats en pertes. Elles s’élèvent à 2 milliards d'euros pour l’année 2015. C’est néanmoins mieux que l'année noire de 2014 où les pertes ont atteint 4,9 milliards d'euros. Selon Philippe Knoche, directeur général, "cette perte est pour moitié liée à l’EPR d’Olkiluoto 3 (OL3) en construction en Finlande et pour moitié aux actions de redressements de l’entreprise".

En Finlande, Areva a en effet dû enregistrer une nouvelle provision de 905 millions d'euros pour ce chantier qui empoisonne la vie de la société depuis maintenant plus de dix ans. Les provisions totales passées par le groupe pour ce chantier s'élèvent désormais à 5,5 milliards d'euros.

5,5 milliards de provisions pour l’EPR finlandais

Selon Philippe Knoche, cette nouvelle provision  est liée à trois éléments. D’une part, le chantier a été renforcé en 2015 afin de rester en ligne avec le calendrier de livraison en 2018. D’autre part, le coût des phases d’essais à venir à OL3 a été ré-évalué à l’aune des retours d’expérience des chantiers de l’EPR de Flamanville (Manche) et des EPR de Taishan en Chine. Enfin, une partie de cette provision liée aux négociations  en cours entre Areva et son client TVO, exigée par Paris et Helsinki.

Les optimistes pourraient y voir une bonne nouvelle. Les deux sociétés sont engagées dans une procédure d’arbitrage devant le tribunal de commerce international. Le consortium Areva-Siemens réclame 3,4 milliards d'euros à TVO. Ce dernier demande, quant à lui, 2,6 milliards d’euros. Cette provision  pour OL3 laisse espérer un règlement à l'amiable, comme l’a demandé fin janvier 2016 Emmanuel Macron, ministre de l’économie. Mais Philippe Knoche reste très évasif sur l’avancée de ces discussions.

Un bon carnet de commandes

Au total, 2 385 millions d’euros "d’éléments notables", selon l’expression dédiée, impactent négativement les résultats d’Areva. Outre les 905 millions d’euros d’OL3, il faut ajouter les 208 millions d’euros supplémentaires provisionnés en raison de la réévaluation à la hausse du devis de Cigeo, projet d’enfouissement profond des déchets nucléaire. On note aussi 444 millions d’euros liés à la restructuration de l’entreprise.

Pour ce qui est des autres indicateurs groupe, il faut noter que le périmètre du "nouvel Areva" qui verra le jour normalement fin 2016 après la cession d’Areva NP à EDF enregistre un bon carnet de commande de 29 milliards. Cela donne une visibilité entre 5 et 10 ans selon les activités du groupe. Le résultat brut d'exploitation progresse sérieusement de 16% à 685 millions d’euros. Une amélioration liée aux premiers effets du plan de performance qui vise 1 milliard d’euros de diminution des coûts d’exploitation en 2018, et dont 487 millions ont déjà été réalisés en 2015.

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

29/02/2016 - 17h53 -

Sien Finlande, Areva a en effet enregistrer une nouvelle provision de 905 millions d'euros pour ce chantier qui empoisonne la vie de la société depuis maintenant plus de dix ans.Que peut on dire des 30 ans d'empoisonnement du nucléaire en Polynésie,ou aucun habitant ou travailleur n'ont été indemnisé irradier par la bombe nucléaire ?
Répondre au commentaire
Nom profil

27/02/2016 - 11h30 -

c'est vrai que c'était pas cher le nucléaire !
jusqu'à maintenant !
le vrai coût se pointe !
ça va faire très cher !
et si on attend la cata ça va être grandiose !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle