1À1 : la plateforme qui simplifie le mentorat pour les jeunes

Article 1, association qui lutte pour l’égalité des chances chez les jeunes, lance le dispositif digital 1À1 afin d’étendre l’offre de mentorat au plus grand nombre. Grâce à cette plateforme innovante, sélectionnée dans le programme gouvernemental « 1 jeune 1 mentor », l’objectif de 20 000 binômes en décembre 2021 devrait être atteint.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

1À1 : la plateforme qui simplifie le mentorat pour les jeunes

En novembre, Léa travaillera dans un cabinet d’avocats à Lyon, en alternance, dans le cadre de son master 2. Un soulagement pour l’étudiante montpelliéraine de 21 ans : « Trouver une entreprise quand on ne dispose ni du réseau ni des codes pour convaincre un recruteur, c’est une montagne à gravir. » Heureusement, Léa a été guidée par son « sherpa » Leila, jeune cadre de la finance, via le programme de mentorat 1À1 de l’association Article 1. « Pour le mentor, il s’agit de s’investir quelques heures par mois », déclare Leila, 26 ans. « Cela ne coûte pas grand-chose mais les bénéfices pour les étudiants sont énormes. »

Agir pour l’égalité des chances, lutter contre le déterminisme social

Née en 2017 de la fusion de deux associations « jumelles » créées au début des années 2000 (Frateli et Passeport Avenir), Article 1 nourrit de grandes ambitions pour lutter contre les discriminations qui pèsent sur les jeunes issus de milieux populaires. « Nous voulons être une association de transformation de la société, pas un organisme qui créé quelques belles histoires », martèle Benjamin Blavier, l’un des deux co-fondateurs d’Article 1, dont l’objectif est d’accompagner chaque année 100 000 jeunes de 16 à 25 ans.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour cela, Article 1 s’appuie sur ses actions d’information et d’accompagnement auprès des lycéens et ses programmes de mentorat, véritables socles de l’action de l’association. « Bien organisé, le mentorat constitue un outil d’une efficacité redoutable. Il améliore la performance scolaire, évite le décrochage, renforce l’ambition et optimise les chances d’accès à l’emploi. Un jeune de classe préparatoire suivi par Article 1 augmente de 40 % ses chances d’accès aux grandes écoles. Avant la crise de la Covid-19, l’accompagnement par un mentor augmentait de 16 % les chances d’accéder à un emploi dans les 6 mois. » À l’effet « catalyseur de la réussite », le mentorat ajoute une capacité extraordinaire à créer du lien social entre des univers qui ne se parlent pas forcément.

Plateforme 1À1 : l’agilité du digital simplifie la mise en relation

Aujourd'hui, l’heure est à l’accélération et à une large démocratisation du mentorat. Le programme 1À1, ouvert aux étudiants et aux lycéens en 2022, a été mis en œuvre en mars 2020 dans ce but. « 1À1 c’est d’abord une plateforme digitale qui supprime les sources de ralentissement », explique Benjamin Blavier. Depuis un formulaire en ligne, le jeune précise ses besoins et les volontaires bénévoles indiquent leurs compétences et disponibilités. La mise en relation est ensuite assurée par un algorithme. Simple et rapide. « La digitalisation permet de nous concentrer sur la qualité de la relation : formation des mentors, fourniture d’outils d’aide à l’accompagnement, création d’animations (rencontres, webinars). » La formule a pour avantage de rendre le principe du mentorat extrêmement souple et agile : « On démarre avec une relation de quelques mois pour répondre à une attente précise de la part du jeune. » Un accompagnement serré dans le temps est gage d’efficacité pour le « mentoré » et donne aussi l’occasion aux bénévoles d’agir sans la contrainte d’un engagement sur le long terme.

L’efficacité du 2.0 au rendez-vous

Léa, l’étudiante de Montpellier, et Leila, analyste financier à Paris, ont formé leur binôme 1À1 en avril 2021. « La première rencontre s’est déroulée en visio avec une chargée de mentorat de l’association. Léa nous a exposé son objectif : trouver une alternance dans le cadre de son master 2. Nous avons programmé des sessions de travail à distance autour du CV et des simulations d’entretien à raison d’une séance par semaine environ », détaille Leila. « Sur le plan humain, on sort grandi de ce type d’échange. Surtout quand l’objectif est atteint ! » Pour Léa, outre le fait d’avoir décroché son alternance, cette expérience lui a permis de commencer à construire ce réseau qui lui manque tant : « Je prends enfin contact avec le milieu professionnel. 1À1 c’est aussi une passerelle. »

Un enjeu national

Mis en lumière lors de la crise de la Covid-19, l’enjeu de l’égalité des chances est devenu majeur pour les politiques, les entreprises et les citoyens. « On va avoir besoin de nous, malheureusement », constate avec un brin d’amertume le co-fondateur d’Article 1. Le 25 mai 2021, l’association a ainsi été sélectionnée, avec 21 autres, lors de l’appel à projet « 1 jeune, 1 mentor » du gouvernement. Sa mission : passer de 2 000 à 20 000 binômes d’ici décembre 2021. La montée en puissance de la plateforme 1À1 devrait permettre à Article 1 de tenir son engagement. Leila, de son côté, est déjà prête à accompagner un nouvel étudiant, tout en gardant un œil bienveillant sur Léa et son avenir.

Pour s’inscrire : www.reussir1a1.org

Contenu proposé par Article 1

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS