18/12/2006 : Areva, Westinghouse, Volkswagen, TGV, France Télécom...

  • Areva battu par Westinghouse
  • La lutte continue pour le contrôle de VW
  • TGV : vers un nouveau record
  • France Télécom : réduction d'effectifs et projets
  • Partager

    Areva battu par Westinghouse
    C'est à la Une de tous vos quotidiens : Areva perd le contrat géant chinois. Après plus de deux ans de compétition acharnée, les autorités chinoises ont en effet confié ce week-end à l'américain Westinghouse -contrôlé par le japonais Toshiba- la construction de 4 réacteurs de troisième génération, pour un montant estimé à 6 milliards de dollars. Bref, « le marché du siècle échappe à Areva », résume le Figaro Économie. « C'est une très grosse déconvenue pour la filière nucléaire française », poursuit les Echos, quand la Tribune y voit « un revers cuisant ». Au moment où le chantier de l'EPR finlandais connaît de nouveaux délais, l'annonce chinoise tombe au mal... « L'échec chinois et le retard finlandais plombent Areva », titre ainsi Libération. « Reste que les adversaires d'Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva, ont beau jeu de mettre en concomitance les deux dossiers », estime le Figaro. En effet, « les gros contrats s'avèrent souvent être une affaire de politique, et la Chine, un Etat hautement politique, n'y fait pas exception », rappelle sans ambages le quotidien Suisse le Temps, pour qui : « A l'heure où les démocrates américains critiquent Pékin pour le manque d'ouverture de son économie et le déficit commercial bilatéral trop important de Washington (190,63 milliards de dollars sur les dix premiers mois de l'année), cette signature ne pouvait mieux tomber ». Reste que, côté français, c'est la soupe à la grimace. Le revers d'Areva est très mal vécu à Bercy, rapporte vos quotidiens. Mais, « soucieux de ménager les susceptibilités françaises, Pékin envisagerait de commander à Areva 2 réacteurs EPR, en plus des 4 AP1000 de Westinghouse, révèle les Echos. Un lot de consolation, en quelque sorte, pour éviter que 24 années de coopération franco-chinoises dans le nucléaire ne partent en fumée ».

    La lutte continue pour le contrôle de VW
    A la une du Financial Times aujourd'hui, la bataille de pouvoir entre les différents actionnaires du constructeur automobile Volkswagen. Selon le quotidien saumon, le Land de Basse Saxe, deuxième actionnaire de VAG, derrière Porsche, chercherait à passer des alliances avec d'autres investisseurs institutionnels actionnaires de VAG. Objectif : contrer l'influence grandissante de Porsche au sein du plus grand constructeur d'automobile européen. Une réunion secrète serait planifiée cette semaine pour monter une coalition contre la marque de voiture de sport.

    TGV : vers un nouveau record
    Dominique Perben, ministre des transports, lance ce matin une campagne de record de vitesse du TGV, rapporte le Figaro Économie. Objectif : atteindre la vitesse de 544 km/h début avril et faire exploser ainsi le précédent record de 515,3 km/h, atteint en 1990. Au-delà de la question d'image, ces essais serviront également à engranger des données sur la résistance des infrastructures, le bruit et la consommation d'énergie à très grande vitesse. Ces tests et l'impact publicitaire qui résulterait d'un record pourrait jouer en la faveur du TGV face à ses concurrents sur les marchés chinois et russe notamment. « Mais, pour le moment, conclut le Figaro, hors France, outre les pays concernés par le Thalys et l'Eurostar (Belgique, Pays-Bas et Grande-Bretagne), les clients d'Alstom se limitent à l'Espagne et à la Corée.

    France Télécom : réduction d'effectifs et projets
    Vendredi dernier, France Télécom a confirmé son objectif de 16 000 départs en France, soit 13 % de ses effectifs sur la période 2006-2008. « Le défi est pourtant difficile, souligne les Echos, car le principal outil utilisé jusqu'à présent (les préretraites à 55 ans) s'arrête fin 2006 ». Deux solutions envisagées par France Télécom : l'accompagnement de projets personnels et le temps partiel. Parallèlement à cette réduction, l'ex-monopole continue ses projets, notamment avec le déploiement de son réseau de fibre optique. « Nous passons à la vitesse supérieure, estime Didier Lombard, le P-DG de France Télécom, dans un interview accordé aux Echos. Nous allons déployer dès 2007 des réseaux dans une dizaine de villes, en commençant par Lille, Lyon, Marseille, Poitiers et Toulouse ». Concernant la stratégie de l'opérateur dans les pays émergents, « ces pays représentent déjà 12 % de notre activité, rappelle le P-DG, avec une croissance organique forte. Nous regardons un certain nombre de possibilités, mais nos investissements seront modestes ».

    A demain !
    Bertrand Beauté

    Partager

    SUJETS ASSOCIÉS
    LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

    LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

    ARTICLES LES PLUS LUS