18/10/2007 : grève, Medef, Carlsberg, Heineken, Smoby, Danone...

  • Grève : le Jeudi noir
  • Medef : négociations au féminin
  • Grandes manœuvres dans la bière européenne
  • Smoby : l'étrange faillite
  • Le P-DG de Danone s'exprime

Partager

Grève : le Jeudi noir
Pas de bus, ni de train, ni de métro. Voilà à quoi devrait ressembler la journée de mobilisation contre la réforme des régimes spéciaux dans les transports. Un « jeudi noir », comme le résume Les Echos. « L'épreuve de force » titre le Figaro. Dans les entreprises, les employés se sont organisés en déposant leurs jours de RTT ou en mettant en place du covoiturage. La mobilisation, très forte, devrait cependant rester circonscrite à la SNCF, la RATP et l'énergie. Pour autant la question hante la plupart de vos journaux ce matin : Va-t-on revivre la paralysie générale de 1995 ? Selon les Echos, « une stratégie calquée sur ce qui n'avait pas été fait il y a douze ans a été mise sur pied. Avec un maître mot : l'écoute ».
Le quotidien relève également que l'impact économique du mouvement d'aujourd'hui est « très dilué ». Les trois semaines de blocage de 1995 avaient couté de 0,3 à 0,5 % de PIB à la croissance. En 2003, l'impact des grèves contre la réforme Fillon n'avait été que de 0,2 à 0,3 % seulement.

Medef : négociations au féminin
Laurence Parisot n'a pas attendu très longtemps pour trouver un successeur à Denis Gautier Sauvagnac. C'est Cathy Kopp, DRH du groupe Accor qui devient la chef de file du patronat dans la négociation sur le marché du travail. La présidente du Medef a « choisi une de ses proches, représentante de la fédération des services et non plus un cacique de la métallurgie comme il était coutume dans l'organisation patronale », relève la Tribune. Une « petite révolution en soi », souligne de son côté les Echos. Pour autant, Cathy Kopp, 58 ans, n'est pas une inconnue pour les syndicats. Elle faisait partie de la délégation patronale et a même remplacé au pied levé Denis Gautier-Sauvagnac lors d'une réunion sur le marché du travail.
Pour faire face à la crise ouverte par « l'affaire DGS », le Medef et la CGPME ont ouverts leurs comptes.

Grandes manœuvres dans la bière européenne
Carlsberg et Heineken lancent un raid sur la bière britannique. Les deux brasseurs préparent une OPA hostile sur Scottish&Newcastle, numéro 9 du marché européen, et propriétaire en France de Kronenbourg. Une opération dont le montant pourrait avoisiner 6,8 à 7,1 milliards de livres, selon le Financial Times. Le danois Carlsberg reprendrait les activités en France et en Grèce ainsi que les parts de S&N dans une joint-venture commune en Russie. Le Néerlandais s'adjugeant la Grande-Bretagne principalement. « La concentration semble inéluctable sur le marché », affirme la Tribune, qui relève que les ventes de bières diminuent régulièrement. Pour le Financial Times, le rachat de S&N est « attractif ».

Smoby : l'étrange faillite
Le « Dallas » jurassien ironise le Figaro Economie. Sur une pleine page, le journal revient sur les difficultés qui ont conduit Smoby, numéro deux du jouet européen, au redressement judiciaire. Des erreurs stratégiques « comme la série d'acquisitions menées tambour battant par Jean-Christophe Breuil » le petit fil du fondateur. Mais pas seulement. Une enquête préliminaire a été ouverte sur un système de détournement de fonds potentiels via différents montages en France et à l'étranger, suite à un tract anonyme. Dix actionnaires minoritaires préparent une plainte. Selon le Figaro, des transferts d'argent vers les filiales étrangères ont disparu, un stock de jouets de 6,6 millions d'euros est perdu à Hongkong. Parmi les « surprises », le repreneur américain MGA a aussi découvert deux chèques de 350 000 euros encaissés par un proche de Jean-Christophe Breuil. Pour se sauver, Smoby va devoir trouver une solution avant Noël.

Le P-DG de Danone s'exprime
Troisième trimestre difficile pour le géant français de l'agroalimentaire. Les ventes d'eau ont été pénalisées par la météo estivale tandis que le conflit avec la filiale chinoise Wahaha continue. Franck Riboud, le P-DG de Danone s'en défend cependant, assurant que les trois derniers mois « ont été très bons ». Alors que les revenus du groupe n'ont progressé que de 3,9 % sur la période, les ventes de produits laitiers ont augmenté de 11,9 % « Ces chiffres sont la preuve que notre modèle est incroyablement puissant », affirme-t-il dans une interview aux Echos. A propos de la hausse de 10,5 % des prix de ses produits laitiers, qui s'appliqueront pleinement à partir de 2008, « il n'y a pas que le lait qui coûte cher. Depuis 3 ou 4 ans, la publicité monte ses tarifs de 6 à 7 % chaque année», se justifie-t-il.
En Chine, le conflit avec Wahaha, sa filiale chinoise dont les résultats ont plongé en 2007 n'est « pas encore réglé ». Mais il a « modifié notre approche de certains pays émergents », affirme Franck Riboud. « Nous nous sentons suffisamment fort pour entrer seuls sur de nouveaux marchés ».

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS