Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

170 départs volontaires dans les deux usines PSA de Moselle

, , , ,

Publié le

Le plan de départs volontaires du groupe PSA annoncé lors du comité central d’entreprise du 17 octobre 2016 devrait se traduire en Moselle par la suppression de 170 postes : une centaine pour l’usine de Trémery et 68 pour celle de Metz-Borny.

170 départs volontaires dans les deux usines PSA de Moselle
PSA Trémery
© Facebook PSA Trémery

Sur les 2 133 suppressions d’emplois annoncées le 17 octobre 2016 lors du comité central d’entreprise du groupe PSA, 170 concernent les usines de Metz-Borny et de Trémery en Moselle. Informés dans le cadre de leurs comités d’entreprises respectifs, les représentants des salariés ont appris que 68 personnes quitteront leurs postes en 2017 sur le site d’assemblage de boîtes de vitesse de Metz-Borny et une centaine sur l’usine de moteurs diesel à Trémery.

S’ils reconnaissent que le plan de départs volontaires constitue une opportunité pour certains opérateurs en fin de carrière, les représentants CGT et FO interrogés s’inquiètent des perspectives à moyen terme pour les deux usines où travaillent environ 5 000 personnes.

Moteurs turbo essence attendus à Trémery

Dans un communiqué du 12 octobre 2016, FO-PSA, première organisation syndicale du groupe, met en perspective le plan de départs avec les investissements en recherche et développement consentis à Trémery, "la plus grosse usine de fabrication de moteurs diesels au monde." Localement, Nicolas Reisch, responsable de la section syndicale FO de Trémery, évoque la reconversion progressive du site qui devrait produire 1,9 million de moteurs diesel en 2016, "un record". "La production de moteurs turbo essence ne démarrera pas avant 2017 et sera partagée avec d’autres sites. Par ailleurs, rien n’a encore bougé concernant l’annonce d’une chaîne de traction électrique".

PSA a évoqué une capacité annuelle de production de 670 000 moteurs turbo essence sur ses sites de Trémery et de Douvrin.
À Metz-Borny, Jérôme Cotat, secrétaire général de la section CGT, pointe un paradoxe entre les plans de production à moyen terme "plutôt rassurants, avec une production stable à 1 million de boîtes de vitesse par an", mais un site "vide pour moitié". Pour le représentant syndical, le nombre d’emplois appelés à disparaître à Metz-Borny dépasserait le chiffre de 68 postes dans la mesure où "quasiment tous les salariés qui souhaitent s’inscrire dans un plan de départs volontaires conservent la possibilité de le faire".

Philippe Bohlinger

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus