Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

16 écoles du numérique au banc d’essai

, , , ,

Publié le

Les établissements tournés vers les technologies de l’information et le web ont le vent en poupe. L’Usine Nouvelle vous fait découvrir quelques-unes des meilleures écoles.

16 écoles du numérique au banc d’essai
Avec 25?% de filles et une approche managériale, Télécom SudParis fait la différence.

Beaucoup ont commencé, il y a des décennies, par enseigner l’électronique, ensuite l’informatique, pour finir par s’ouvrir aux big data, aux systèmes embarqués, à l’informatique industrielle, au design… De nombreuses écoles d’ingénieurs, forcément généralistes puisque le modèle français l’exige, proposent une spécialisation dans les nouvelles technologiques. À la clé : des débouchés garantis dans les entreprises de services du numérique (ESN), mais aussi dans la banque, les grands groupes industriels, les géants ou les start-up du web. On s’arrache ces profils rares qui décrochent souvent de bons salaires : plus de 35 000 euros bruts annuels en général, parfois même plus de 40 000 euros par an.
 

Plus que les autres, les écoles d’ingénieurs dédiées au digital poussent à l’entrepreneuriat. Leurs élèves fourmillent d’idées, créent des start-up, parfois dans leur chambre. Un directeur s’est étonné de voir arriver deux élèves de première année qui avaient déjà fondé leur entreprise sans aucun fonds propre… Les écoles de télécoms, publiques donc peu onéreuses, sont particulièrement bien dotées en incubateurs. D’autres encore préfèrent se distinguer par une compétence scientifique ou technique très pointue : Epita et Enseeiht dans le domaine informatique par exemple ; ou Ensae, Eisti et Ensimag en mathématiques appliquées. Troisième caractéristique : l’ouverture internationale de ces établissements. Les exigences sont beaucoup plus fortes qu’ailleurs sur le niveau d’anglais, car la plupart des cours sont assurés dans cette langue. Un parti pris qui est surtout un excellent moyen d’attirer les étudiants étrangers. À Télécom Bretagne, ils représentent un peu plus de la moitié de l’effectif, avec 52% des élèves !
 

Nous avons sélectionné seize de ces établissements agréés CTI (Commission des titres d’ingénieurs) selon trois spécificités : leur proximité avec les entreprises, leur profil ultratechnologique, leur implication à l’international.

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3401HSING

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3401HSING

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle