Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

157 anciens salariés d'Electrolux licenciés

, ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Compiègne (Oise) a validé officiellement, le 16 mai, la cession partielle de la Société Ardennaise Industrielle (ex Electrolux) au groupe breton Delta Dore. Mais sur les 181 salariés qui travaillaient encore sur le site de Revin (Ardennes), 157 salariés se retrouvent sans emploi.

157 anciens salariés d'Electrolux licenciés
Le site de Revin assemblera désormais des petits moteurs électriques pour des volets roulants.
© Selni

Site emblématique de l'électroménager dans les Ardennes depuis... 164 ans, l'ancienne entreprise Electrolux à Revin (Ardennes) va devenir une friche industrielle à l'exception d'une petite partie des cinq hectares où Delta Dore, unique candidat à la reprise de la Société Ardennaise Industrielle (S.A.I.), fabriquera des moteurs électriques pour des volets roulants. Seulement 24 employés seront gardés pour cette reconversion. Mais les 157 autres salariés qui travaillaient à la Société Ardennaise Industrielle restent sur le carreau. Le tribunal de commerce de Compiègne (Oise) a validé cette décision, le 16 mai. Un coup très dur pour la ville de Revin. Racheté en 2014 par Selni, un fabricant de moteurs pour l'électroménager basé à Nevers (Nièvre), le fleuron revinois alors baptisé Société Ardennaise Industrielle ne sera jamais arrivé à redécoller.

Electrolux a d'abord jugé non conforme les moteurs que la S.A.I. devait lui livrer au rythme de 1,2 million de pièces par an durant sept ans suite à un accord signé en 2014 et pour lequel le géant suédois avait investi 12 millions d'euros dans une ligne de production qui dès sa mise en place présenta divers dysfonctionnements.

Un véritable gâchis industriel

Par ailleurs, Selni n'est jamais arrivée à produire les moteurs BLDC qu'elle voulait lancer à Revin. Un fiasco qui a abouti au redressement judiciaire de la S.A.I. le 23 février 2018 avant sa prochaine liquidation. Après avoir fabriqué des millions de cuisinières, réfrigérateurs et lave-linge, le berceau historique de Faure et Arthur-Martin va désormais se contenter d'assembler des petits moteurs électriques pour des volets roulants.

Une mince compensation pour ce site de production qui employa jusqu'à 3 600 personnes dans la Vallée de la Meuse en 1976 et qui depuis son rachat par Electrolux en 1986 n'avait cessé de voir ses effectifs fondre comme neige au soleil. En l'espace de quarante ans, la ville de Revin a vu sa population passer de 12 000 à 6 000 habitants. Après Thomé-Cromback et les Ateliers Thomé-Génot à Nouzonville puis Lenoir-et-Mernier à Bogny-sur-Meuse, c'est encore un fleuron industriel des Ardennes qui disparaît.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle