Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

14 322 femmes enceintes exposées à la Dépakine

Léna Corot ,

Publié le

14 322 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine, médicament pouvant entraîner des retards du développement et des troubles du spectre de l’autisme chez les enfants exposés in utero, entre 2007 et 2014. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a publié le rapport de l'ANSM sur la Dépakine.

14 322 femmes enceintes exposées à la Dépakine
Le rapport de l'ANSM affirme que 14 322 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine, médicament pouvant entraîner des retards du développement chez les enfants exposés in utero.
© Frank de Kleine CC Flickr

14 322 grossesses exposées à la Dépakine entre 2007 et 2014 en France, selon le rapport de l'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, a rendu public le premier volet du rapport relatif à la fréquence de l’exposition à la Dépakine parmi les femmes enceintes entre 2007 et 2014.

Le second volet, qui sera publié courant 2017, portera sur les conséquences sanitaires chez les enfants exposés in utero durant la période 2011-2015. Or de ces grossesses 8 701 enfants sont nés vivants.

Entre 2007 et 2014 le nombre de grossesses exposées à la Dépakine a baissé de 42%. Mais l’ANSM précise : "Les résultats de cette étude mettent en évidence la persistance d’un niveau élevé d’exposition à la Dépakine  parmi les femmes enceintes". L’étude précise en effet que 51 512 femmes en âge de procréer ont été exposées à la Dépakine au premier trimestre 2016.

Mise en place d'un fonds d'indemnisation des familles

La Dépakine, commercialisée depuis 1967, est un médicament utilisé comme traitement contre l’épilepsie puis proposé en traitement contre les troubles bipolaires. Dans les années 2000, un risque augmenté de retards du développement et de troubles du spectre de l’autisme a été mis en évidence lorsque les enfants sont exposés in utero. Le principal reproche fait aux autorités sanitaires, et au laboratoire Sanofi, commercialisant ce médicament, est leur manque de réactivité. Ce n’est qu’en 2015 que les femmes en âge de procréer ont clairement été informées des risques.

Marisol Touraine, a annoncé la mise en place d’un fonds d’indemnisation des familles. Elle a aussi précisé qu’un pictogramme indiquant le danger de l’utilisation de la Dépakine pendant la grossesse serait apposé sur les boîtes des médicaments d’ici six mois. L’Apesac, une association d’aide aux familles victimes de la Dépakine, déclare avoir rassemblé plus d’un millier de dossiers. Une vingtaine sont devant la justice.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle