Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

13/12/07: Défense, Rafale, Dalian Bingshan Group, Free, Eramet....

, , , ,

Publié le

La Défense chamboulée par la réforme de l'Etat. Morin veut moderniser les dispositifs d'exportations. Sommet franco-chinois au Havre. La France, élève moyen du Haut-Débit. Les convoitises fleurissent autour d'Eramet.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La Défense chamboulée par la réforme de l'Etat
« Sarkozy lance le big-bang de l'Etat », titre à sa une La Tribune. A l'issue du premier conseil  de modernisation des politiques publiques, 97 décisions de réforme ont été arrêtées. 20% des dépenses du budget général ont été scrutées.  Parmi ces mesures qui risquent de modifier le visage de l'administration, le ministère de la Défense incarne la modernisation souhaitée des structures ministérielles. « Hervé Morin doit remettre à plat une administration centrale aux processus de décision complexes, aux responsabilités mal identifiées et à la consolidation financière lacunaire », constate Les Echos. « Le remède passera par la réforme de la conduite des programmes d'armement avec, notamment, la création d'un comité d'investissement auprès du ministre, poursuit le quotidien. Le secrétariat général pour l'armement, l'une des grandes directions du ministère, sera recentrée sur des fonctions « transverses » (finance, ressources humaines, juridique). L'autorité du chef d'état-major va être renforcée. Enfin, le regroupement de toutes les équipes centrales dans le sud de Paris est à l'étude ».

Morin veut moderniser les dispositifs d'exportations
Défense toujours, Hervé Morin dévoile aujourd'hui son plan de relance des exportations. « Après l'échec cuisant de la vente du Rafale au Maroc, qui a mis en lumière les défaillances administratives et politiques de l'Etat français, le dispositif est très attendu », souligne La Tribune. Premier axe de travail, insuffler une logique de souplesse dans la liste des matériels de guerre soumis à autorisation d'exportation. « Le ministre aime citer l'exemple aberrant des essuie-glaces de 504 montés sur un véhicule Panhard, pour lesquels il faut donc une autorisation de la Commission interministérielle pour l'étude des exportations de matériels de guerre (CIEEMG) », rappelle Le Figaro. Par ailleurs, « La direction du développement international (DDI) de la DGA (Délégation générale pour l'armement) devrait être rattachée aux services concernés de la DAS (Délégation aux affaires stratégiques) dans le cadre d'un grand pôle international et de prospective », ajoute le quotidien. La création d'un grand fonds de soutien aux volets connexes des contrats d'armement va enfin être préconisée.

Sommet franco-chinois au Havre
« Les PME chinoises viennent vanter leur savoir-faire », titre Le Figaro. Pendant trois jours, installés dans les anciens docks havrais, cent trente industriels Chinois et deux cents Européens ont noué des contacts dans un seul objectif : signer des contrats. «Nous sommes là pour le business», souligne Zhang Tuan, le directeur général de Dalian Bingshan Group, une société de deux mille personnes basée à Dalian, ville de deux millions d'habitants sur le golfe de Corée. Avec son catalogue d'équipements de réfrigération et de climatisation pour l'industrie, il n'a qu'un objectif : «Conquérir le marché français après avoir commencé à vendre en Italie et en Allemagne.» «Pour nous, explique Augustin d'Estienne d'Orves dans les colonnes du journal, c'est l'occasion de rencontrer les clients potentiels en dehors de leurs usines où ils n'ont jamais le temps de discuter.» Quant à Bertrand Schutz, l'un des dirigeants de Citron, PME normande de recyclage de piles, il n'a qu'un but : «Trouver des partenaires chinois pour développer en Chine la collecte et le traitement des piles.»

La France, élève moyen du Haut-Débit
Sept Européens sur dix auront un accès rapide à la Toile en 2013 depuis leur domicile, selon le cabinet d'études Forrester, rapporte Le Figaro. Dans ce panorama, la France est « un élève moyen, en raison de son taux de foyers connectés. Pourtant, le marché est l'un des plus compétitifs d'Europe en termes de prix. Et le pays est l'un des plus dynamiques en matière de services proposés par les opérateurs, avec les offres groupées pour la voix, l'Internet rapide et la télévision qui fidélisent les clients », explique Pete Nuthall, l'auteur de l'étude. « Pour proposer une large gamme de services, notamment la vidéo à la demande, France Télécom et ses adversaires comme Free et Neuf Cegetel, proposent des débits très élevés à des prix attractifs, explique le quotidien. De ce fait, de nombreuses entreprises, entre 3,2 et 4,7 millions de sociétés selon les experts, optent pour des abonnements conçus pour le grand public, moins coûteux que les offres professionnelles. Ceci explique que l'Arcep (le régulateur français des télécoms) estime à plus de 14 millions le nombre d'accès Internet haut débit dans notre pays, quand le cabinet Forrester, qui ne compte que les particuliers, en trouve seulement 10 millions ».

Les convoitises fleurissent autour d'Eramet
« La vente du groupe, c'est une sorte de bombe à retardement. On ne sait pas quand elle va exploser. Mais le mécanisme est enclenché, et cela fait tic-tac », rapporte dans Les Echos un proche de la société Eramet. La famille Duval, qui détient 37 % du groupe minier français, cherche depuis des mois à vendre ses parts et s'impatiente. L'Etat a interdit à Areva de les reprendre. Des contacts ont lieu avec ArcellorMittal. « A priori, ajoute le journal économique, le leader mondial de l'acier ne peut qu'être intéressé. Le groupe de Lakshmi Mittal mène, en effet, une stratégie d'intégration minière, notamment dans le manganèse, une des activités clefs d'Eramet ». En attendant, porté par la spéculation, le titre Eramet est au sommet. Depuis le début de l'année, il a grimpé de 175 %, la plus forte hausse de la Bourse de Paris.

P.R

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle