Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

111 projets identifiés pour le plan "recyclage et matériaux verts"

Solène Davesne , , , ,

Publié le

Pour augmenter la part de déchets recyclés, le plan "recyclage et matériaux verts" prévoit 785 millions d’euros d’investissements pour améliorer le tri des déchets et leur valorisation.

111 projets identifiés pour le plan recyclage et matériaux verts © Ramery Environnement

Des 34 plans, il a été le plus chahuté. In extremis, le plan recyclage et matériaux verts a dû corriger sa copie face aux protestations d’une des fédérations professionnelles, qui la trouvait trop favorable aux grands groupes. La feuille de route a finalement été adoptée le 9 juillet par le comité de pilotage de la Nouvelle France industrielle. Pour son chef de file, Antoine Frérot, le patron de Veolia, le débat est désormais réglé. "Contrairement aux autres 34 plans peut-être, le recyclage est un métier nouveau. Il n’y avait jamais eu de réflexion similaire à ce plan jusqu’à présent", estime le chef de file pour qui "un débat a eu lieu, un consensus large s’est dégagé. Sur les 9 organisations professionnelles du secteur, une seule a fait part de ses critiques avant de signer la feuille de route".

La feuille de route validée, un comité de suivi doit se réunir dès septembre pour superviser la mise en œuvre des pistes suggérées par les industriels. "L’enjeu du recyclage est d’abord économique. Entre 2000 et 2013, le coût de la matière première a été multiplié par trois. Le sens de l’histoire va vers une augmentation continue. Recycler une tonne de plastique fait économiser 830 litres de pétrole", argumente Antoine Frérot.

23 projets prioritaires

Afin d’améliorer les capacités de tri des déchets, le plan réclame la stabilisation de la fiscalité sur les déchets (la TGAP) et la mise en place d’une TVA à taux réduit pour les produits contenant des matières recyclées afin d’amorcer la filière, notamment en encourageant le recours à des plastiques recyclés. Objectif : augmenter la ressource disponible. Pour augmenter la part de tri et de valorisation, les industriels ont identifié 111 projets de centres de tri, représentant 785 millions d’euros d’investissement et près de 1600 emplois. Afin d’accélérer ces projets, les industriels souhaiteraient mettre à profit les financements du programme des investissements d’avenir déjà consacrés à l’économie circulaire. "Sur les 111 projets concrets identifiés, 23 sont plus prioritaires que les autres  car ils concernent des techniques innovantes", estime Antoine Frérot.

Au-delà, les leviers identifiés pour développer le recyclage sont surtout réglementaires. "Sortir du statut de déchet change toute une série de contrôle pour les industriels", plaide encore le chef de file du plan. Afin d’augmenter l’utilisation des matières recyclées, les professionnels du secteur estiment nécessaire de sortir certaines matières du statut de déchets. Ils militent pour le classement des combustibles solides de récupération en tant qu’"énergie renouvelable". Autre demande : que la liquéfaction des plastiques ne soit plus considérée comme une technique d’incinération des déchets.

Le soutien à l'innovation

Les industriels espèrent une mise en place des réformes réglementaires au cours du second semestre 2015. Enfin, dernier axe du plan : le soutien à l’innovation dans certaines filières de recyclage spécifiques sur lequel la France est encore à la traîne. "Globalement, la France est très bonne dans le recyclage d’un certain nombre de matières comme le verre ou le papier. En revanche, nous sommes moins bien placés que l’Allemagne sur les plastiques hors PET, les cartes électroniques ou les fibres carbones", résume Antoine Frérot.

Or l’accès à ces matières peut être stratégique. La feuille de route propose de développer de nouvelles techniques comme les technologies de pyrolyse ou d’énergie pulsée pour recycler les métaux contenus dans les cartes électroniques. Dans le même temps, elle recommande de créer un système de consigne des déchets électroniques afin d’augmenter les quantités collectées et éviter les exportations illégales. Pour les industriels du secteur, les déchets sont une ressource comme une autre.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle