11/01/2007 : Energie, General Electric, Apple, EDF, Vallourec, EADS...

  • Energie : Bruxelles et Paris s'affrontent
  • GE se sépare de sa division plastique.
  • Apple décroche son iPhone
  • Les champions de la Bourse 2006
  • Partager

    Energie : Bruxelles et Paris s'affrontent
    « Le ton monte entre la Commission européenne et la France », s'exclame la Tribune qui, à l'instar de tous vos quotidiens du jour, revient sur les nouvelles propositions de Bruxelles dans le domaine de l'énergie. En effet, le vaste plan énergétique présenté hier par la Commission européenne, qui sera discuté par les vingt-sept début mars, a suscité de « vives réactions », note les Echos. Le gouvernement français, notamment, a affiché son désaccord avec deux points clefs du projet : la remise en cause des tarifs réglementés et la séparation entre les activités de réseau et de production qui aboutirait, dans l'hexagone, à un démantèlement de fait des opérateurs historiques EDF et GDF. Mais les critiques ne s'arrêtent pas là. L'Unice, qui représente le patronat européen, s'inquiète du poids que Bruxelles veut donner aux énergies renouvelables (20 % du bouquet énergétique), alors que les ONG, au contraire, critiquent le manque d'ambition de l'UE. Au final, la Commission subit de véritables « tirs en rafale contre le projet », titre les Echos. Mais, estime pour sa part le Financial Times, « l'UE est prête pour la bataille de l'énergie ». Les institutions européennes ont préféré une confrontation ouverte avec les États récalcitrants, plutôt que d'abandonner leurs ambitions de créer un marché commun de l'énergie et de sécuriser les futurs besoins énergétiques. Mais « l'Europe a-t-elle vraiment la puissance de sécuriser son énergie ? », interroge le Financial Times dans son European View. La question est posée.

    GE se sépare de sa division plastique.
    « Il y a quarante ans, le futur a semblé appartenir aux plastiques. Ils remplaçaient le verre, le métal et le bois dans les produits s'étendant des cartons de lait aux meubles, aux pièces d'automobile », raconte, nostalgique, le Wall Street Journal. A cette époque, un jeune manager nommé Jack Welch s'est fait un nom en créant un marché pour les nouveaux matériels comme le Lexan, un plastique dur inventé par des scientifiques de chez General Electric. Pour l'anecdote, lorsque Buzz Aldrin et Neil Amstrong marchèrent sur la Lune, les casques qu'ils portaient étaient faits en Lexan. Mais, « aujourd'hui, le plastique n'a plus rien de spécial », constate le Wall Street Journal, et l'homme qui succède à M. Welch à la tête de GE, Jeffrey Immelt, va vendre la division plastique de l'entreprise pour un peu plus de 10 milliards. Une décision dictée purement et simplement par l'offre et la demande, commente sans ambages un analyste de J.P. Morgan dans les colonnes du journal américain. Le 8 janvier GE a annoncé l'acquisition de Vecto Gray dans l'ingénierie pétrolière, le lendemain le groupe est sur le point de vendre sa division plastique. Bref, désormais le conglomérat américain est (juste) « une supermachine à vendre et à acheter des entreprises », conclut le Figaro Économie.

    Apple décroche son iPhone
    Après l'iPod, l'iPhone. Cinq ans après avoir révolutionné le créneau des baladeurs numériques, Steve Jobs, le patron d'Apple, a dévoilé hier l'iPhone. Objectif : réaliser dans le mobile le même coup que l'Ipod chez les baladeurs. Pour Apple, c'est même « le gros coup de téléphone », ironise Libération. A cours terme, néanmoins, les prévisions de vente de la marque à la pomme sont modestes. Apple table sur 10 millions d'unités écoulées en 2008, soit moins de 1 % du marché mondial des mobiles. En attendant ce possible succès en magasin, « l'iPhone a brillamment passé son premier examen de passage », note les Echos. Les marchés financiers estiment que la pomme va rééditer le succès de son juke-box ambulant avec cet iPhone à tout faire, à la fois téléphone, baladeur numérique, appareil photo, accès à Internet... Le titre du groupe de Steve Jobs s'est envolé de 8,31 % mardi et gagnait encore plus de 4 % hier, pour s'établir à son plus haut historique (96,6 dollars).

    Les champions de la Bourse 2006
    Sur quelle entreprise fallait-il miser en 2006 ? L'an passé, la Bourse de Paris a déjoué tous les pronostics en gagnant 17,5 %. Mais, il n'y a pas que des vainqueurs. La Tribune, revient aujourd'hui sur quatre valeurs vedettes et un grand perdant. Au rayon des champions : le fabricant de tubes sans soudure, Vallourec, dont le titre s'est adjugé 136 % en un an ; le premier électricien de France, EDF, qui a profité à plein de la libéralisation de l'énergie pour prendre 65 % en 13 mois ; le premier fabricant de pneu au monde, Michelin, qui a grimpé de 52,7 % l'an dernier ; et enfin, revenu de l'enfer, Alstom, plus forte hausse du CAC 40 cette année, avec une progression de 111 % en un an. Du côté obscure de la Bourse en revanche, la Tribune s'intéresse, forcément si j'ose dire, à EADS. En chutant de 18,2 % l'an dernier, le groupe européen d'aéronautique et de défense a signé la plus mauvaise performance du CAC40. Une question se pose désormais, que va-t-il se passer en 2007 ? Mais, conclut l'éditorialiste de la Tribune, « que des questions restent en suspens, c'est aussi cela qui fait le charme de la prévision boursière ».

    A demain avec Daniel !
    Bertrand Beauté

    0 Commentaire

    11/01/2007 : Energie, General Electric, Apple, EDF, Vallourec, EADS...

    Tous les champs sont obligatoires

    Votre email ne sera pas publié

    Partager

    SUJETS ASSOCIÉS
    NEWSLETTER Energie et Matières premières
    Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

    Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

    Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

    Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

    Fermer
    LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

    LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

    ARTICLES LES PLUS LUS