Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

100 personnes ont bloqué les accès à l’usine DCNS de Cherbourg

, , ,

Publié le

Les accès à l’usine DCNS de sous-marins nucléaires de Cherbourg (Manche) ont été bloqués jeudi 26 mai entre 5h et 13h par une centaine de grévistes CGT de l’entreprise opposés à la loi travail.

100 personnes ont bloqué les accès à l’usine DCNS de Cherbourg © DCNS

Les entreprises citées

La "Porte du midi" et la "Porte des trois hangars", entrée principale et entrée secondaire de l’usine DCNS de Cherbourg (Manche), ont été bloquées peu avant 5 heures du matin ce jeudi 26 mai par des grévistes CGT de l’entreprise, empêchant les autres salariés de se rendre au travail.

Selon la direction du groupe DCNS, ce blocage - levé aux alentours de 13h30 - était le fait d’une centaine de personnes réparties entre les deux portes. Seul le personnel réquisitionné - chargé de la sécurité et des équipements nucléaires - a pu jeudi 26 mai matin entrer sur le site, soit quelques dizaines de personnes.

Centre nerveux du programme de construction des sous-marins

L’usine DCNS de Cherbourg, site du groupe spécialisé dans les sous-marins, est située dans l’enceinte de l’arsenal sur le vaste port militaire. Elle emploie 2100 salariés, auxquels s’ajoutent 900 collaborateurs de sous-traitants. Le site réalise actuellement le programme de sous-marins nucléaires Barracuda. Le premier de la série, le Suffren, doit être livré à la Marine nationale fin 2017. Trois autres sont en construction.

Notre dossier sur le contrat australien remporté par DCNS

Le site de Cherbourg, qui construit des sous-marins depuis 100 ans, est, en outre, appelé à devenir le "centre nerveux" du programme de construction de douze sous-marins conventionnels pour la marine australienne. Le 26 avril 2016, il y a très exactement un mois, les autorités australiennes ont, en effet, annoncé qu’elles étaient entrées en négociations exclusives avec DCNS pour la conception, hors système de combat, d’un dérivé du Barracuda.

DCNS, dont l’actionnaire principal est l’Etat (63%), est par ailleurs en pole position en matière d’énergie hydrolienne, l’énergie des courants de marée. Hervé Guillou, son PDG, a annoncé le 12 mai 2016 son projet de construction d’usine d’hydroliennes sur le port de Cherbourg, à quelques encablures du "raz Blanchard", l’un des plus importants gisements hydroliens côtiers au monde. Le permis de construire devrait être déposé en juin 2016.

Claire Garnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle