L'Usine Energie

100% des raffineries en grève, 10% des pompes à sec

Publié le

Pénurie essence Alors que certains dépôts de carburants ont été débloqués manu militari ce matin, le mouvement contre la réforme des retraites prend de l’ampleur. Toutes les raffineries sont désormais en grève, l’oléoduc qui approvisionne notamment les aéroports parisiens ne fonctionne plus.

100% des raffineries en grève, 10% des pompes à sec

Obligés de stopper leurs camions

Les stations services s’opposent un peu partout dans l’Hexagone ce vendredi à vendre du gasoil aux conducteurs routiers. C'est ce qu'indique Truck Blog, le blog qui se veut la chambre d'écho des routiers. L’Union nationale des organisations syndicales des transports routiers automobiles (UNOSTRA) qui a mis en place une « cellule de crise » annonce que la pénurie a bel et bien commencé. Selon l’organisation patronale, «des camions sont immobilisés en pleine nature avec leur chargement ne pouvant se réapprovisionner en gasoil. Ils doivent jouer à saute-mouton entre stations services. Certaines refusent même de délivrer du carburant aux poids lourds au profit des particuliers».

Des messages envoyés à Truck Blog se multiplient depuis le début de l’après-midi. «Faute de pouvoir m’approvisionner en carburant du fait des blocages des dépôts et malgré avoir déboursé d’avance la somme de 36.741,12 euros, je suis contraint de stopper l’activité de l’entreprise dès ce soir avec pour conséquence de mettre au chômage 35 conducteurs» déclare Christian Hunault basé à St-Barthelemy-d’Anjou (49).

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Les CRS sont intervenus ce matin, sur ordre de l'Elysée, pour débloquer quatre dépôts pétroliers à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Bassens (Gironde), Cournon d'Auvergne (Puy-de-Dôme) et Lespinasse, près de Toulouse (Haute-Garonne). Ces quatre dépôts ont une capacité totale de stockage qui dépasse un million de mètres cubes. « On ne peut pas se permettre une pénurie d'essence, il faut penser à toutes celles et tous ceux d'entre nous qui ont besoin de se déplacer (...), aux entreprises, aux transporteurs routiers, tout ce qui fait la vie de notre pays» a déclaré le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

%%HORSTEXTE:0%%Qu’à cela ne tienne. L'ensemble des 12 raffineries de métropole, dont les six de Total, étaient en grève vendredi, parfois temporairement, avec l'entrée dans le mouvement sur les retraites de celle d'Esso à Gravenchon (Seine-Maritime) et celle de Petroplus à Reichstett (Bas-Rhin).

A sec, Roissy et Orly puisent dans leurs stocks


Pour l’heure, l'oléoduc approvisionnant en carburants les aéroports d'Orly, de Roissy, le sud de Paris et la région Centre ne fonctionnait plus vendredi matin faute de produits pétroliers, a indiqué la société Trapil, qui gère le pipeline. Ce dernier n'est plus approvisionné à partir de la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne. En grève depuis plusieurs jours, cette raffinerie Total devait s'arrêter de fonctionner complètement vendredi, selon la CGT.

Des solutions existent néanmoins. « L'aéroport d'Orly a 17 jours de stocks et Roissy a des stocks au moins jusqu'à la fin de ce week-end », a déclaré la porte-parole de Trapil. Et rien n’empêche les avions, à l’avenir, de faire le plein dans les aéroports étrangers.

Le nord de la région parisienne continue pour sa part à être alimenté à partir du centre de stockage de Rubis Terminal à Rouen (Seine-Maritime), selon Trapil. L'oléoduc transporte tout type de carburant: essence, gazole et kérozène.

10% des stations-services touchées

Par ailleurs, à la pompe, c’est une chance sur dix de tomber sur un os. « On a énormément de stations qui sont fermées parce qu'elles n'ont plus d'approvisionnement », a déclaré Alexandre de Benoist, délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP), qui représente la grande distribution (Carrefour, Casino, Cora et Auchan).

Environ 10% des quelque 12.500 établissements français sont touchés. Le groupe pétrolier Total, qui gère le plus grand réseau de stations-service en France, a fait état de 150 à 160 stations-service fermées ou en rupture d'un produit ou de plusieurs produits. Les 406 stations-service sous enseigne BP étaient toutes ouvertes vendredi en milieu de journée, même si certaines d'entre elles peuvent être en rupture d'un produit.

L'Etat réagit


Face au risque de pénurie, les pouvoirs publics ont pris toute une série de mesures. Le gouvernement a autorisé le déblocage « des réserves propres des opérateurs » pétroliers « qui représentent entre 10, 12 jours de consommation », a annoncé jeudi le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau. A cela s’ajoute le déblocage de certains dépôts pétroliers par les forces de l'ordre citée plus haut, et la levée de certains restrictions techniques aux importations. Reste encore un levier : l’utilisation des réserves stratégiques détenues par l’Etat, qui représentent deux mois de la consommation moyenne française.


Voir aussi :

Cette carte est réalisée par OWNI. Il s’agit d’un groupe de médias français et européen, ainsi qu’un “thinktank” à ciel ouvert, au sein duquel collaborent 20 éditeurs et journalistes permanents, plus de 600 blogueurs, des développeurs, des designers, des entrepreneurs, des étudiants et des chercheurs.
 


Lire aussi :

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte