Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Avec Hérimoncourt, PSA poursuit la réduction de ses effectifs en France

Julie Thoin-Bousquié , ,

Publié le , mis à jour le 06/02/2019 À 16H44

PSA envisagerait la fermeture de son site historique de Hérimoncourt. Les salariés pourront bénéficier de mesures de reclassement ou de départs volontaires. Au global, le groupe veut atteindre un objectif de 1 900 départs volontaires en France d’ici la fin de l’année.

Avec Hérimoncourt, PSA poursuit la réduction de ses effectifs en France
En 2018, le groupe PSA a produit plus d'un million de véhicules en France.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Le groupe PSA rationalise ses implantations industrielles en France. Après Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), c’est au tour du petit site consacré au recyclage d’Hérimoncourt (Doubs). Dans le cadre d’un Comité Central d'Entreprise (CCE) organisé mardi 6 février, le constructeur automobile a fait part de son intention de transférer l’activité de ce site à Vesoul (Haute-Saône), selon une information des Echos, confirmée à L’Usine Nouvelle de source syndicale.

Les 204 personnes employées bénéficieront d’un plan de départs volontaires, selon Les Echos, ou pourront être reclassées dans les sites de Vesoul et Sochaux (Doubs), précise un responsable syndical. Pas de licenciements secs, donc, mais une décision qui s’inscrit dans une tendance à la baisse des effectifs en France chez PSA.

Dans un projet présenté par la direction et auquel L’Usine Nouvelle a eu accès, le groupe a indiqué vouloir atteindre d’ici à fin 2019 un objectif de 1 900 départs volontaires, dont 1 300 "mobilités externes sécurisées" et 600 adhésions à des dispositifs de "maintien dans l’emploi des salariés âgés".

Des départs qui ne seront qu’en partie compensés par les embauches prévues par PSA pour l’année 2019. Dans un article publié en janvier, le constructeur indiquait vouloir intégrer 1 250 personnes supplémentaires sur l’année en cours. Sollicité, le groupe PSA précise mettre "en œuvre à nouveau une politique emploi responsable, co-construite avec ses partenaires sociaux", et insiste sur l’existence d’un "équilibre entre les recrutements et les mobilités externes volontaires".

Sous la barre des 50 000 salariés ?

Reste que la démarche (qui n’inclut pas les pertes d’effectifs par départs naturels) pourrait faire passer le groupe automobile sous la barre des 50 000 salariés en France. En 2017, le constructeur au Lion comptait en effet 50 774 salariés en CDD et CDI (Faurecia et activités commerciales non comprises)… contre 54 340 en 2015 et encore 70 423 en 2011, selon les données disponibles dans les rapports annuels de l'entreprise. La fermeture de l’usine d’Aulnay a toutefois largement érodé les effectifs sur la période, dans un contexte de graves difficultés pour le constructeur.

Du côté de Renault, les effectifs atteignaient en France 47 111 personnes en 2017, en deçà des chiffres de son concurrent au Lion. Un ratio à mettre en parallèle avec les productions des deux entreprises en France. Selon des estimations pour 2018 faites par le cabinet d’analyses Inovev, Renault a produit autour de 640 000 véhicules dans l’Hexagone, contre environ 1,160 million d’unités pour PSA.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/02/2019 - 15h19 -

Si on faisait revenir en France une grande partie de la production.on aurait pas besoin de cette opération ???? Que la fabrication des voitures françaises soient produites en France et non ailleurs.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle