Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Vidéo] Quand Formule 1 et impression 3D font bon ménage

Marine Protais , ,

Publié le

Vidéo Les grandes écuries de Formule 1 utilisent de plus en plus l’impression 3D pour réduire les délais de prototypage, fabriquer des outils de production et des pièces finales. La preuve en vidéo.

[Vidéo] Quand Formule 1 et impression 3D font bon ménage
La S103 de l'écurie Strakka Racing
© D.R.

Une technologie pour prototyper rapidement. Un secteur soumis à des délais très courts pour tester le design de ses nouvelles pièces. Impression 3D et Formule 1 sont faites pour s’entendre. Plusieurs grandes écuries utilisent déjà la technologie. Le britannique Strakka Racing a adopté les imprimantes 3D de Stratasys pour prototyper plus rapidement, mais aussi fabriquer des outils de production et des pièces finales. Il imprime certains élément du tableau de bord, la lunette arrière, l’enveloppe de la caméra et de l’antenne, les supports, les aérations et les conduits de refroidissement.

Sur la vidéo ci-dessous, Strakka Racing imprime un étrier de pédale de frein de sa S103 pour ensuite le tester sur route.

Stratasys fournit également l’écurie britannique McLaren, avec qu’il vient de renouveler son partenariat pour quatre ans. "Il est devenu évident que les sports mécaniques dépendent de plus en plus du prototypage rapide et de la fabrication additive, ainsi que de la capacité à réduire les temps de commercialisation", avance Eric Boulier, directeur des courses de McLaren Racing dans un communiqué.

L’écurie indienne Force India préfère les imprimantes de 3D Systems, le rival américain de Stratasys. Williams Martini Racing utilise quant à lui les machines d’Eos. Le fabricant allemand a d'ailleurs mis en avant son savoir-faire en matière de Formule 1 au dernier salon Formnext, le salon dédié aux technologies de la fabrication additive de l’outillage et du moulage, à Francfort fin novembre. Eos a exposé sur son stand une pédale de voiture de course en titane. Son design a été optimisé grâce à la technologie 3D, explique le webzine spécialisée 3DPrinting. Résultat : un allégement de 80 grammes.

Outre la réduction des délais pour le prototypage, l’impression 3D permet de fabriquer des pièces personnalisées. Un aspect intéressant pour la Formule 1 qui adapte certaines pièces des voitures à la morphologie des pilotes. Fin 2016, des étudiants de l’université de Delft au Pays-Bas ont utilisé la technologie pour fabriquer plusieurs éléments, et notamment le volant de leur voiture de course à l’occasion du Formula Student, une compétition d’ingénierie internationale. L'idée était de fabriquer différents volants adaptés aux préférences de conduite des pilotes.

3D Hubs, un sous-traitant néerlandais spécialisé en fabrication additive, présente en vidéo le travail des étudiants de l'université de Delft.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus