Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Vidéo] Hyperloop One réalise avec succès le test de son système de train à grande vitesse

Léna Corot ,

Publié le

Vidéo Hyperloop One prend une longueur d'avance. La start-up américaine a réalisé, avec succès, le premier test grandeur nature de son système de train à très grande vitesse mercredi 12 juillet. Hyperloop One en a profité pour présenter son prototype de capsule XP-1.

[Vidéo] Hyperloop One réalise avec succès le test de son système de train à grande vitesse
Hyperloop One a présenté sa capsule prototype XD-1.
© Hyperloop One/DR

Premier test grandeur nature réussi pour Hyperloop One. Cette start-up américaine a réalisé avec succès, mercredi 12 juillet, le premier test complet de son système de train à très grande vitesse. L'engin-test s'est élevé au-dessus des rails pendant un peu plus de cinq secondes grâce à un système de sustentation magnétique, détaille Hyperloop One dans un communiqué. Le véhicule a atteint 112 km/h, selon la start-up, sur une piste de 500 mètres de long. Ce qui est encore loin des 1 200 km/h théoriques que pourraient atteindre un tel système.

Le moteur, la pompe à vide, la sustentation magnétique et le frein électromagnétique ont été testés lors de cet essai. La prochaine étape ? Propulser l'engin-test à 400 km/h, affirme Hyperloop One.

La société en a profité pour présenter son prototype de capsule XP-1. Faite d'aluminium et de fibre de carbone, la capsule mesure 8,5 mètres et doit pouvoir transporter des passagers ou du fret dans les tubes construits par HyperloopOne.

De nombreuses start-up s'affrontent

L'idée, née dans la tête d'Elon Musk, est de créer un moyen de transport ultra-rapide : l'hyperloop. Plusieurs start-up s'affrontent dans cette course dont Hyperloop One qui a présenté sa piste d'essai dans l'état du Nevada (Etats-Unis) début avril. Avec ce nouveau succès, Hyperloop One créée il y a trois ans de cela semble prendre de l'avance sur les autres start-up et ce d'autant plus qu'elle a reçu les faveurs de la SNCF et de General Electric.

Son principal concurrent est Hyperloop Transportation technologies (HTT) qui a installé son centre de recherche et une piste d'essai près de Toulouse. Sont aussi dans la course Brogan BamBrogan, ancien directeur co-fondateur et directeur technique de Hyperloop One, qui a fondé Arrivo et le canadien Transpod qui a présenté son prototype au salon ferroviaire InnoTrans de Berlin en septembre 2016.

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

18/07/2017 - 14h16 -

Il doit bien falloir dire un jour que le concept d'Hyperloop, comme transport de passagers à 1200 km/h dans une balle de fusil géante à la Jules Verne, est irréaliste. Le modèle économique ne tient pas (coût de construction, coût énergétique, coût de la sécurité). Rappelons que la moindre entrée d'air dans le tube crée une onde de choc destructrice... Il faut un accès pour les secours tous les 800m, des pompes à vide et des postes électriques tous les 2 km, il faut surveiller chaque pilier contre les attentats... Enfin, en Europe, les contraintes de tracé et les coûts d'expropriations seront intenables. Les élus qui imaginent ce système entre St-?tienne et Lyon sont des rigolos. Rappelez-vous l'Aérotrain de M Bertin, innovant mais de modèle économique intenable... Et le Transit Elevated Bus (le tramway chinois qui enjambait les embouteillages...) qui n'était qu'une arnaque à subventions...
Répondre au commentaire
Nom profil

17/07/2017 - 18h04 -

Il y a 40 ans, l'ingénieur Bertin expérimentait son aerotrain sur un monorail de 15km situé près d'Orsay, aujourd'hui envahi par les ronces. L'unique prototype à brûlé et il ne reste plus qu'une maquette exposée sur le terre-plein central d'un rond-point tout proche. A l'époque, la SNCF préféra développer le TGV. Plus près de nous, les chinois avec l'aide de SIEMENS ont conçu 1 aerotrain à moteur linéaire et sustentation magnétique reliant 1 de leurs aéroports à Pékin à près de 500kmh. Citons enfin le projet pharaonique d'un tube transatlantique entre l'Europe et l'Amérique à l'intérieur duquel un train à sustentation magnétique et moteur linéaire relirait les 2 continents en 2 heures. Il conviendrait donc mieux que les jeunes loups des startups américaines se renseignent et aient le triomphe modeste avant de prétendre innover!
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus