Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Vidéo] Google, champion de l'échec ?

Christine Kerdellant , ,

Publié le

Vidéo Quelles sont les plus grandes erreurs entrepreneuriales ? Chaque semaine, Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle, revient en vidéo sur ces histoires du management. Google ? Synonyme de tous les succès ? Pas seulement, l'entreprise californienne est aussi celle de tous les ratés. Explications.     

Savez-vous quelle est la plus belle réussite entrepreneuriale du XXIe siècle ?
L’entreprise qui pèse 550 milliards de dollars en bourse… qui réalise plus de 75 milliards de dollars de CA… qui obtient des résultats opérationnels de 23 milliards de dollars par an ?
Cette entreprise, vous l’avez deviné, c’est Google.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que Google est aussi l’entreprise qui a le plus fort taux d’échecs de la planète. Sur les deux dernières années connues, Google a mis à la poubelle 70 produits ! Et pas toujours des produits en phase bêta, souvent des produits déjà lancés.

En voici quelques exemples :

  •  Google Reader, un agrégateur de contenus permettant d’envoyer des flux d’informations. Né en 2007, il est mort en 2013 car il  ne rapportait pas assez ;
  • Google Wave : une plateforme qui devait révolutionner le travail collaboratif. Né en 2009, mort en 2010 : personne n’y comprenait rien, ça ne marchait pas !
  • Jaiku : c’était Twitter avant Twitter ! Développé par une start-up finlandaise rachetée par Google, Jaiku permettait l’envoi de tweets de plus de 140 signes : il a été abandonné car Google  n’y a pas cru. Quelle erreur !
  • Google Answers : sur cette plateforme, née en 2002, l’internaute pouvait poser une question et payer, sous forme de récompense, celui qui lui avait adressé la meilleure réponse. Peut-être l’internaute était-il déjà trop habitué à la gratuité… car le produit n’a pas du tout marché.
  • Google Buzz, un réseau social
  • Google Health, pour l’archivage médical
  • Google Wallet : un système de paiement qui a été un échec à l’époque où il a été lancé.  Il a été remplacé par Android Pay qui existe aujourd’hui.
  • Google Dodgeball, l’origine de  Foursquare, ce système de  communication entre personnes situées dans la même zone géographique. Lancé en 2005,  Google ne s’y est pas vraiment intéressé, alors les fondateurs sont partis et ont créé Foursquare.
  • Et puis bien sûr les Google Glass, l’échec le plus récent. Ces lunettes permettaient de prendre des photos et faisaient également GPS.

On le voit, Google se conçoit comme une machine à essayer ! Que l’on raconte leurs échecs ne les gêne pas car ils considèrent que ces échecs sont la contrepartie de leur phénoménal succès.

Leur devise, c’est 3 F : Fail, Fast, Forward : Je me plante, je comprends vite les raisons de mon échec et je repars de l’avant… Mais je repars beaucoup plus haut, beaucoup mieux, beaucoup plus loin, beaucoup plus vite que si je ne m’étais pas planté au départ, parce que j’en ai tiré des leçons, j’ai appris d’autres choses et je ne me contente pas d’une réussite moyenne.

La réussite de Google est là : c’est une machine à expérimenter, une force qui pousse à prendre des risques sans crainte de l’échec.
Bravo Google !

Christine Kerdellant

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus