Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Vers une électronique à fleur de peau

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Une équipe internationale de recherche a mis au point un procédé de fabrication de semi-conducteurs organiques capables d’être étirés dans tous les sens sans perdre leurs propriétés conductrices. De quoi imaginer des appareils électroniques collés à la peau, se déformant avec les mouvements du corps.

Vers une électronique à fleur de peau
Largement étirable, le transistor peut être collé sur une main comme une seconde peau.
© J ie Xu, Sihong Wang

Passer à l’échelle nanométrique met la matière dans tous ses états. C’est cet effet qu’a exploité une équipe internationale de recherche pour résoudre la quadrature du cercle : obtenir un semi-conducteur qui puisse largement s’étirer tout en conservant ses performances électriques.

Publiés dans le numéro du 6 janvier de Science, leurs travaux "introduisent une méthode révolutionnaire […] qui permet la fabrication d’une électronique flexible", commente dans le même numéro Simone Napolitano, professeur à l’Université libre de Bruxelles.

Les chercheurs ont utilisé des semi-conducteurs organiques - des polymères dits conjugués -, qui affichent des propriétés électriques comparables au polysilicium. Pour les rendre déformables, ils en ont fait des nanofibres qu’ils ont enfermées dans un film de polymère élastique (un élastomère).

Confinement à l'échelle nanométrique

Ce confinement à l’échelle nanométrique des chaînes de polymère semi-conducteur est censé les rendre plus flexibles et empêcher leur cristallisation, leur conférant une plus grande ductilité, expliquent en substance les chercheurs.

Et cela marche ! Les échantillons réalisés, largement étirés dans tous les sens, ne se fissurent pas et gardent leurs propriétés électriques, comme le montre la vidéo ci-dessous réalisée par les chercheurs (crédit : J. Xu et al, Science (2016)).

 

 

Poussant la démonstration, les chercheurs ont fabriqué de véritables transistors en film mince. L’un d’entre eux, alimentant une LED, a même été collé sur un doigt se pliant et se dépliant pour démontrer l’adaptation de ces matériaux à l’électronique "wearable", intégrée au vêtement ou à même la peau. La vidéo ci-dessous (crédit : J. Xu et al, Science (2016)) montre que le dispositif fonctionne parfaitement. Une application d’autant plus prometteuse que le procédé de fabrication mis au point – dit à séparation de phases – peut être mis en œuvre « à bas coût » affirment les auteurs.

 

 

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus