Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Stratasys dévoile deux prototypes d’imprimantes industrielles grand format

Marine Protais , ,

Publié le

Stratasys présentera deux nouvelles imprimantes destinées à la fabrication de pièces de grande taille au salon IMTS de Chicago du 12 au 17 septembre. Le spécialiste de la fabrication additive développe ces nouvelles technologies à l’aide de Boeing, Siemens et Ford.

Stratasys dévoile deux prototypes d’imprimantes industrielles grand format © Stratasys

Les imprimantes de Stratasys passent à la taille XL. Le spécialiste israélo-américain de la fabrication additive s’apprête à dévoiler deux prototypes d’imprimantes 3D destinées aux industriels et permettant de fabriquer des pièces de grande taille. Il les présentera officiellement lors du Salon international des technologies de fabrication de Chicago (IMTS) du 12 au 17 septembre.

Les deux démonstrateurs comprennent un bras robotisé et utilisent la technologie FDM (dépôt de fil en fusion) de Stratasys. Le premier, baptisé "Infinite-Build" permet, comme son nom l’indique, d’imprimer "à l’infini". C’est-à-dire qu’il imprime sur un plan vertical, à la différence d'une imprimante classique. Stratasys a bénéficié de l’aide de Boeing pour développer cette nouvelle technologie. L’avionneur utilise le démonstrateur depuis un an pour faire des essais de production de pièces légères en faible volume. Le constructeur automobile Ford commencera également à l’utiliser cet automne. 

"Pour le moment nous testons le Infinite-Build chez des industriels de l’aéronautique et de l’automobile, car ce sont des secteurs très exigeants concernant la résistance des matériaux et les propriétés mécaniques des pièces, mais nous espérons intéresser d’autres secteurs industriels", explique Scott Sevcik, responsable du développement de Stratasys pour l’aérospatiale et la défense.

Au-delà du prototypage

La seconde technologie, baptisée "Robotic Composite 3D", permet de fabriquer des pièces en matériaux composites (plastique et fibres carbones). Elle a été élaborée en collaboration avec l’allemand Siemens, notamment pour le logiciel de PLM (Product Lifecycle Management). Son bras robotisé fonctionne grâce à un système de mouvement à huit axes associé à un support mobile. La matière est déposée dans toutes les directions, plutôt que couche par couche.


Le démonstrateur Robotic Composite 3D de Stratasys

Avec ces deux nouveaux démonstrateurs, Stratasys réaffirme son changement de stratégie : se tourner vers les professionnels plutôt que le grand public. Ses petites imprimantes de bureau Makerbot ont fini par lasser le grand public qui s’est désintéressé de l’impression 3D. Désormais, Stratasys préfère séduire les industriels. Le fabricant propose déjà des imprimantes Polyjet capables de réaliser des objets très réalistes et idéales pour le prototypage. Mais il souhaite montrer qu’il peut aller plus loin. "Deux de nos imprimantes de la gamme Fortus, étaient déjà utilisées par certains industriels pour fabriquer des pièces finales. Mais nos nouvelles technologies permettront d’imprimer des pièces de plus grandes tailles et plus résistantes", précise Scott Sevcik.

"Une surprise pour le monde de l'impression 3D"

"Contrairement à ses principaux concurrents, comme 3D Systems et Prodways, qui ont préféré s’intéresser à la vitesse des imprimantes 3D, Stratasys semble aussi s’intéresser à la contrainte de la taille. C’est une petite surprise dans le monde de l’impression 3D", commente Arnault Coulet, consultant chez Fabulous. "Il existe déjà de grandes imprimantes qui fonctionnent à partir de bras robotisés, comme celle de Drawn, une start-up française. Mais ce type d’imprimantes est généralement utilisé pour les secteurs du design et du BTP. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’un leader du marché se soit emparé de cette technologie et l’utilise pour des applications industrielles."

Pour le moment les machines de Stratasys ne sont que des prototypes. Aucune date de lancement commercial n’est prévue. Les phases de tests devraient durer encore deux ans, prévoit Scott Sevcik.

Marine Protais

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus